Trois semaines après la publication des recommandations salariales du Pay Research Bureau (PRB) pour le secteur public, les syndicats de la fonction publique et des corps parapublics, regroupés en majeure partie au sein de la plate-forme commune anti-PRB, seront fixés sur le sort qui pourra être réservé à ce rapport. Le Premier ministre Navin Ramgoolam a accepté de recevoir les représentants des syndicats à partir de 17 heures au Treasury Building pour une séance de travail à la demande des syndicalistes. Ces derniers, qui se disent conscients de l’enjeu du rendez-vous, se sont réunis ce matin en vue de mettre au point la stratégie qui devra être adoptée pour faire prévaloir leur demande concernant la nomination d’un commissaire salarial indépendant et un rapport dans un délai maximal de six mois.
« Les demandes qui seront formulées et présentées au Premier ministre sont principalement les résolutions votées à l’unanimité lors de la dernière mobilisation syndicale au centre social Marie-Reine-de-la-Paix. Donc, nous privilégions toujours la mise sur pied d’une Anomalies Commission au lieu de l’instance des Errors and Omissions. Il ne sera pas question que le directeur en poste, Mohun Parsad Aujayeb, ou encore son prédécesseur Bijaye Kumar Appanah, se voient confier cette responsabilité. Nous voulons que le travail soit accompli par un commissaire salarial indépendant », a déclaré Naraindranath Gopee, président de la Fédération des Syndicats du Service Civil (FSSC) et principal animateur de la plate-forme commune anti-PRB, au Mauricien dans la matinée.
Dans la conjoncture, la proposition suivante devant être présentée à Navin Ramgoolam cet après-midi se résume à un délai de six mois pour revoir de fond en comble le rapport Aujayeb et en puisant de l’enveloppe des Rs 4,6 milliards qui devrait être accordée pour sa mise à exécution. Selon la requête qui sera formulée, tout ajustement des recommandations salariales devrait prendre effet rétroactivement à compter du 1er janvier 2013. Cependant, la véritable question se rapporte à la réaction du gouvernement aux propositions des syndicalistes.
L’optimisme est toutefois de mise du côté des syndicalistes avec de gros espoirs fondés sur cette étape décisive de cet après-midi. « Nous sommes dans un bon mood depuis ce matin et sommes confiants d’avoir préparé un bon dossier. Même si le gouvernement a pris son temps avant de nous accorder cette rencontre, nous espérons que le Premier ministre fera preuve de bonne volonté dans l’intérêt des fonctionnaires. Nous souhaitons sincèrement ne pas être poussés à l’extrême de nos actions syndicales pour obtenir gain de cause et que les solutions appropriées soient établies dans les meilleurs délais », a ajouté le président de la FSSC.
De son côté, Radhakrishna Sadien de la Government Services Employees Association abonde dans le même sens et soutient que les consultations avec Navin Ramgoolam seront déterminantes pour élaborer le roadmap de l’après-PRB.
« Enlever les doutes »
« C’est une réunion très attendue compte tenu de cette grogne grandissante depuis la publication du rapport PRB. La dernière rencontre avec le secrétaire au Cabinet et chef de la fonction publique nous a permis de faire part du mécontentement qui règne, mais avec celle de cet après-midi, c’est la question du What’s Next ? qui sera d’actualité. La fonction publique est un service essentiel… Il est primordial dans la conjoncture d’enlever tout doute et toute démotivation dans la tête des fonctionnaires en vue d’améliorer le rendement », fait comprendre Radhakrishna Sadien.
De son côté, Rashid Imrith, qui fait cavalier seul, semble revoir sa position initiale quant au choix de celui qui révisera le rapport Aujayeb. Dans un premier temps, le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP) a fait comprendre qu’il souhaitait le come-back du précédent directeur du PRB Bijaye Kumar Appanah. Dans une déclaration au Mauricien ce matin, il a soutenu qu’il est préférable de nommer une personne qui fera l’unanimité.
« Il faudra quelqu’un de conversant avec la fonction publique pour exécuter l’exercice d’Errors and Omissions et il devra maîtriser le mécanisme du PRB », a indiqué Rashid Imrith qui est également convoqué à cette réunion avec le Premier ministre. Outre le profil de celui qui sera nommé pour revoir les anomalies du PRB, la FSSP confirme que les propositions qui seront formulées à Navin Ramgoolam cet après-midi sont les mêmes que celles transmises au gouvernement dans les jours ayant suivi la publication du rapport PRB.
Rashid Imrith propose, entre autres, que soit revue à la hausse la révision salariale de tous les employés de la fonction publique ayant obtenu une augmentation de moins de Rs 2 000 ou de moins de 22 % dans les dernières recommandations du rapport PRB. La FSSP suggère que l’augmentation pour cette catégorie de fonctionnaires soit réajustée à Rs 2 000 ou à 22 % de leur salaire actuelle en se fondant sur le système « whichever is the highest ». Concernant Rodrigues, Rashid Imrith réclame qu’un commissaire indépendant y réalise un rapport en vue d’y restructurer la fonction publique en tenant compte de la spécificité de l’autonomie de l’île.