Le ministère de la Fonction publique a enclenché l’opération Option Forms à peine une semaine après la publication des recommandations salariales du Pay Research Bureau (PRB). Depuis ce matin, les chefs de Cabinet des différents ministères et les chefs de département doivent prendre des dispositions en vue de collecter à l’Imprimerie du Gouvernement des Option Forms à être distribués aux fonctionnaires concernés en vue d’exercer leur option suite à l’adoption du rapport par le gouvernement.
Les dirigeants des fédérations syndicales du secteur public, pour leur part, réunis ce matin, demandent aux fonctionnaires et aux employés des corps para-étatiques de ne pas se presser pour signer l’Option Form et d’attendre le mot d’ordre syndical, qui sera émis samedi après une assemblée spéciale des syndicalistes convoqués au Centre Social Marie Reine de la Paix.
La lettre circulaire du ministère de la Fonction publique, portant la référence E/260/72/3/05 en date du 12 octobre, fixe au 5 novembre la date limite pour la soumission des Option Forms par l’ensemble des fonctionnaires. Par contre, ceux qui sont en mission à l’étranger disposeront d’un délai de sept jours après leur retour pour exercer leur option et ceux qui sont en congé ou interdits de fonctions devront le faire avant le 31 décembre.
Avec l’adoption du rapport du PRB, les employés du secteur public, 84 000 au total, sont appelés à faire deux choix, soit accepter les nouveaux barèmes de salaires et conditions de service, soit les rejeter et bénéficier d’une compensation salariale comme dans le privé à partir du 1er janvier prochain et accepter les changements au Pension Scheme ou le refuser avec un Discounted Rate de 92 %.
Cette même correspondance du ministère confirme le calendrier pour le rapport sur les Errors and Omissions du PRB. Les syndicats ont jusqu’au 30 novembre pour soumettre des cas d’anomalie au PRB avec copies au ministère. De son côté, le PRB devra soumettre ses recommandations officielles sur les anomalies dans un délai de trois mois, soit le 28 février au plus tard.
Dans les milieux syndicaux du secteur public, la contestation des recommandations du PRB se poursuit. Une série de consultations au niveau des fédérations syndicales est prévue pour cette semaine avec une assemblée spéciale des syndicalistes convoquée samedi prochain au Centre Social Marie Reine de la Paix.
Commentant la situation à la mi-journée, le président de la Fédération des Syndicats du Service Civil, Naraindranath Gopee, a demandé aux fonctionnaires de ne pas se précipiter pour signer l’Option Form du PRB. Il a fait comprendre qu’une décision sera annoncée après la réunion de samedi prochain.
« Nous demandons aux fonctionnaires de ne pas se presser pour signer l’Option Form. Le gouvernement a fait preuve de mauvaise fois et tentera à coup sûr de jouer sur le facteur temps car nous avons un délai restreint pour mettre en oeuvre nos stratégies syndicales d’envergure suite à la publication du rapport du PRB. Donc nous lançons également un appel à ceux concernés pour ne pas céder aux pressions qui seront exercées sur eux pour signer ce document. Ils doivent faire preuve de patience et attendre jusqu’à samedi pour prendre connaissance du mot d’ordre », a déclaré le président de la FSSC.
D’autre part, les dirigeants syndicaux du secteur public sollicitent une rencontre d’urgence avec le Premier ministre Navin Ramgoolam dès son retour à Maurice. Ils souhaitent étaler devant le chef du gouvernement les « failles et anomalies flagrantes » du rapport PRB.
Par ailleurs, des premiers tracts dénonçant « les chiffres jugés dérisoires du PRB » devraient être en circulation dans les prochains jours. Cette démarche fait suite à la résolution adoptée au cours de la rencontre de la plateforme commune constituée entre autres du Mauritius Labour Congress, de la Fédération des Syndicats du Service Civil, du Mauritius Trade Union Congress et de la Confederation of Free Trade Unions.