Le premier athlète Mauricien à avoir obtenu sa qualification pour les Jeux Olympiques de Rio (5-21 août) s’entraîne activement en vue de cette grande échéance, lui qui compte arriver dans les meilleures conditions. « Je serai fin prêt le jour J. Pour l’instant, je suis en train de progresser et de travailler dur. Ma préparation ne se passe pas trop mal mais je ne suis pas encore dans la pleine mesure de mes capacités », fait-il ressortir. Le no 1 du pays de la discipline avoue avoir bien bénéficié de son stage en Afrique du Sud, où il avait notamment pris part, à la fin de janvier, au SA XCO Cup Series, terminant à la 11e place. « Cette course m’a été très bénéfique et m’a permis de bien me situer par rapport à mes autres adversaires. Il y a encore du boulot et je m’attaquerai bientôt à la deuxième manche pour améliorer mon niveau. »
Il soutient, « Les Championnats d’Afrique de VTT prévus au Lesotho en avril demeurent une de mes priorités et je ferai mon maximum pour tenter de tirer mon épingle du jeu. Physiquement je dois dire que je suis en progrès mais c’est surtout au niveau technique que je dois m’améliorer si je veux être en mesure d’exister aux JO. Malheureusement à Maurice, ce n’est pas possible et de ce fait, j’ai besoin de me déplacer pour m’améliorer. Nous essayons d’ailleurs de construire une piste technique à Maurice mais pour le moment, ce n’est pas chose évidente. » Pour réussir, Lincoln veut mettre toutes les chances de son côté. « Je m’entraîne quasiment tous les jours et je me sers un peu des courses sur route pour augmenter ma résistance et c’est d’ailleurs très bénéfique dans ma préparation. Je m’entraîne également beaucoup en salle de gym avec des programmes de musculation bien élaboré pour mon équilibre », précise-t-il. D’ailleurs, il a remporté dimanche dernier le Critérium Snowy, course de 60 km en une heure, 33 minutes et 10 secondes après avoir pris la troisième place à l’occasion du Circuit du Champ de Mars pour l’ouverture de la saison cycliste. « Une victoire fait toujours plaisir à prendre et j’espère que cela va continuer », souligne-t-il.
 Pour celui qui prendra part à ces premiers JO, le VTT et le cyclisme sur route ne se ressemblent aucunement. « La seule chose qu’il y a en commun ce sont les pédales. Pour le reste, c’est comme demander à un athlète qui pratique le 100 m la différence entre sa discipline et le saut en longueur. C’est vraiment différent ». Pour rappel, Lincoln avait obtenu sa qualification olympique après avoir pris la 6e place derrière cinq Sud-Africains, dont le triple champion d’Afrique, Philip Buys, à l’occasion des Championnats d’Afrique de VTT Cross-Country au mois de mai dernier au Rwanda. La performance du vététiste avait alors propulsé Maurice à la 2e place au classement des meilleurs pays africains dans cette discipline, derrière l’Afrique du Sud. Pour le moment, Yannick Lincoln s’entraîne très dur, motivé par le fait de participer à ces premiers JO. « Cela faisait longtemps que j’attendais ce moment », a-t-il conclu.