La Banque de Maurice (BoM) est disposée à considérer toute possibilité d’assistance à quatre banques commerciales mauriciennes dans la coordination de leurs actions en vue d’obtenir réparation auprès de clients indiens mauvais payeurs à qui des crédits totalisant plusieurs milliards de roupies ont été accordés dans un récent passé. Manou Bheenick, gouverneur de la BoM, qui est en mission en Europe, a déclaré au Mauricien ce matin qu’il juge cette affaire regrettable mais qu’il y a des leçons à en tirer par la communauté financière locale.
Dans les milieux bancaires, on laisse entendre que parmi les quatre institutions affectées par les prêts non productifs octroyés à des clients en Inde, se trouve un très gros opérateur de l’industrie locale ainsi qu’une filiale d’une banque étrangère. « À elles seules, ces deux institutions auraient accordé des crédits totalisant plus de 60 millions de dollars », indique une source bancaire. Les milieux bancaires citent avec persistance un groupe diversifié basé dans le sud de la Grande Péninsule comme principal bénéficiaire de crédits de la part des banques mauriciennes. Ce groupe aurait développé ses opérations dans les secteurs de l’acier, des télécommunications, de l’infrastructure, de l’énergie, entre autres. « Normalement, dans le cas des crédits octroyés à des clients à l’étranger, les banques se livrent à une analyse minutieuse de leurs dossiers, évalue leurs credit ratings et s’appuient sur les données présentées dans les dossiers introduits pour la circonstance par des professionnels, en particulier des cabinets d’avocats d’affaires », a déclaré Manou Bheenick.
Dans le cas des clients indiens des banques mauriciennes, il faut, soulignent les autorités bancaires, savoir si le dossier de demande de crédits à été bien préparé, si le soumissionnaire du dossier a agi de bonne foi ou s’il a tout simplement « apporté des affaires » en sachant fort bien que ces « affaires » allaient causer problème plus tard. « On peut, dans une telle éventualité, prendre des actions pour chercher réparation », a soutenu le gouverneur.
Manou Bheenick a fait savoir qu’il y a deux mois, une des banques locales impliquées avait informé la BoM qu’elle éprouvait des problèmes au niveau du remboursement d’un emprunt accordé à des clients en Inde. Par contre, a poursuivi le gouverneur, les trois autres banques mauriciennes également concernées par des opérations de crédits aux mêmes clients, n’avaient alors signalé aucun problème à ce niveau. Mais, en ce début de semaine, deux de ces trois banques se sont tournées vers la BoM pour lui informer des difficultés dans le remboursement des créances. « Je ne peux révéler les montants impliqués, mais à la banque centrale nous avons noté que le mécanisme de demande de crédits était plus ou moins identique dans les cas qui nous concernent », a expliqué Manou Bheenick.