Image d'illustration

Légère baisse des températures prévue à partir de ce week-end. Après un déficit de 232 mm de pluies en février, la pluviométrie encore déficitaire de mars à mai.

La fin de la saison cyclonique est derrière la porte. C’est du moins ce que confirment des sources autorisées du côté de la station météorologique de Vacoas, où l’on préfère parler de « presque la fin de la saison », car une petite formation évolue entre Saint-Brandon et Diego Garcia. « Ce ne sera pas un gros développement, et cette formation ne devrait pas présenter de menace pour Maurice et la région dans les prochains jours. Toutefois, elle reste à suivre dans la conjoncture », a fait comprendre Prem Goolaup, directeur de la station de Vacoas. D’autre part, le principal souci qui préoccupe reste la pluviométrie déficitaire enregistrée depuis le début de l’année, dont 232 mm pour le seul mois de février et des prévisions jusqu’à la fin de mai qui ne sont guère encourageantes.

Dans l’immédiat, soit pour le week-end, il faudra s’attendre à des pluies localisées le matin et dans la soirée, à l’Est, au Sud et sur les hauteurs. Dans les autres régions et l’après-midi, le temps devrait être beau.

Selon la station de Vacoas, le temps des anticyclones revient à grand pas. Ainsi, malgré la chaleur estivale qui persiste, l’hiver pointe le bout de son nez. Une baisse de 2°C à partir de ce samedi est en effet prévue. La tendance se poursuivra jusqu’à la semaine prochaine. « Nous prévoyons un vent modéré à partir de ce samedi ainsi que des pluies passagères, ce qui fera baisser la température à partir de ce week-end », estime une prévisionniste. Alors que la température maximale enregistrée dans plusieurs régions de l’île avoisine les 35°C, il fera donc entre 31°C et 33°C.

Selon la prévisionniste, il faudra toutefois s’attendre à une température plus élevée que la normale durant la journée. Des pluies passagères sont prévues à partir de dimanche jusqu’à mercredi sur le plateau central et les versants aux vents. Selon les analyses du rapport de la station de Vacoas, un faible épisode d’El Nino cet hiver fera prévaloir un hiver plus chaud cette année. D’ailleurs, les températures océaniques seront anormalement élevées dans le centre et à l’est du Pacifique équatorial. De ce fait, la température prévue sera au-delà de celle qui est normalement enregistrée dans plusieurs régions du pays. L’humidité sera forte et la température de la mer également au-delà de la normale.

Ces conditions prévues ont modifié les prévisions de la station de Vacoas selon lesquelles il y aurait plus de pluies pour la période de mars à mai. Les chiffres indiquent une baisse de la pluviométrie de 139 mm pour le mois de mars et de 168 mm pour avril. Alors que les réservoirs du pays affichent un taux de remplissage inférieur à la normale, la pluie sera déficitaire de 118 mm pour le mois de mai. Cette tendance se poursuit depuis le mois de février.

Le rapport révèle que ce mois a été le neuvième mois le plus chaud depuis 1971. Une hausse anormale de 1,5°C avait été enregistrée dans plusieurs régions du pays. Dans certains endroits, cette hausse a été ressentie pendant plus de deux semaines. À titre d’exemple, Mon-Désert-Alma a noté 18 jours de chaleur intense. La température a même grimpé de 5°C à Bois-Chéri le 5 février.

La température la plus élevée a été enregistrée à Port-Louis le 8 février, quand le thermomètre affichait 35,1°C. Il n’a pas assez plu pendant ce mois. Un déficit de 232 mm de pluies a été noté, malgré quelques conditions climatiques qui ont provoqué des averses du 6 au 18 et du 22 au 24. La pluviométrie dans la région de Bois-Chéri était inférieure à 295 mm.