Lancé il y a environ un an sous le plan stratégique 2012-2022 des Services des prisons, l’Enhanced Earned Scheme vise à inculquer une culture du travail chez les détenus. Ce plan a bénéficié d’un apport budgétaire de Rs 7 millions pour l’année écoulée et un constat positif se dégage déjà. Un total de 1 060 détenus, de six institutions pénitentiaires, ont ainsi pris avantage du projet. En 2012, les prisonniers concernés ont reçu environ Rs 4 millions pour leur travail.
Selon leurs aptitudes, les détenus actifs au niveau des divers projets de réhabilitation qui sont éligibles à un EES reçoivent une rémunération minime de Rs 20 à Rs 30 par journée de travail. Pour leur travail effectué dans les ateliers, chantiers et fermes existants dans les prisons, les détenus impliqués ont touché la somme globale d’environ Rs 4 millions pour l’année dernière uniquement. De cette somme, Rs 1,7 million ont servi pour les petites dépenses de cantine et les Rs 2,3 millions épargnées ont été versées sur leur compte. Cette somme leur est remise à la sortie de prison alors qu’ils peuvent aussi, pendant leur incarcération, contribuer aux dépenses de leurs familles.
Un autre objectif de ce plan est de promouvoir le sens d’appartenance au groupe et d’encourager les détenus à développer des attitudes correctes vis-à-vis du travail, telles la concentration, la régularité et l’exactitude. Ceux qui se sont joints au plan sont déployés dans différents secteurs, notamment la cuisine, la boulangerie, la maçonnerie, la confection de vêtements, la cordonnerie, la fabrication de métaux et la pâtisserie. À titre d’exemple, les détenus affectés à l’atelier de cordonnerie ont produit lors de l’année écoulée pas moins de 998 paires de chaussures alors que les détenus « boulangers » ont fabriqué 3,5 millions de pains. Ce qui a permis au département de la prison de faire des économies substantielles.
Dans le cadre du projet de réhabilitation, tombant sous le plan stratégique 2012-2022, les détenus sont initiés à plusieurs cours dispensés par des formateurs du Mauritius Institute of Training and Development, dont certains au niveau de la National Trade Certification. Selon les Services des prisons, les candidats ayant pris part aux examens dans les domaines de la fabrication de produits métalliques, la menuiserie et la confection de vêtements ont tous réussi. Treize détenus, de même que trois cadres de la prison, ont pris part à ces examens. Deux candidats se sont vus décerner une distinction au cours de confection de vêtements et un autre pour la fabrication de produits métalliques.
De nouvelles formations seront bientôt disponibles en vue de mieux répondre aux besoins du marché et d’assurer l’emploi des détenus à leur sortie de prison. Le département des Prisons oeuvre aussi pour que les cours dispensés soient accessibles à un plus grand nombre de détenus dans tous les établissements pénitentiaires. Cela leur permettra de s’équiper d’aptitudes nécessaires pour mieux faire face aux défis de la vie et, éventuellement, diminuer le taux de récidive. La pratique du sport et d’autres activités récréatives par les détenus est par ailleurs activement encouragée, car étant un autre moyen de canaliser les énergies et d’améliorer les comportements.