Présent à Maurice, dans le cadre d’une conférence internationale sur la chimie organisée par l’Université de Maurice, le Pr Robert Huber a eu une session de travail hier avec des étudiants et des chercheurs de cette institution à l’auditorium Octave Wiehe. Sous le thème « How did I become a Chemist and a Cristallographer », cette rencontre a permis à ce Prix Nobel de Chimie (1988) de relater son parcours et ses expériences de cristallographe. Le scientifique allemand a aussi exhorté les jeunes à avoir un esprit inquisiteur et d’aller au bout de leurs questions.
Donner l’opportunité aux jeunes chercheurs et étudiants mauriciens d’interagir et de discuter avec le lauréat du prix Nobel de Chimie de 1988, le Pr Robert Huber, tel était l’objectif du séminaire d’une journée tenu hier à l’auditorium Octave Wiehe à Réduit. Cette rencontre est une initiative conjointe du Mauritius Research Council, de l’Université de Maurice (UoM) et du comité organisateur de la Conférence internationale sur la chimie pure et appliquée (ICPAC 2012). L’événement a permis au Pr Robert Huber de partager sa passion pour la chimie, de témoigner de ses expériences de recherche, d’évoquer sa contribution à l’évolution de la discipline et donner l’occasion aux Mauriciens d’échanger des idées avec lui.
Lors de son intervention, le lauréat a expliqué l’importance de la chimie dans diverses disciplines. « Chemistry is important to all other sciences », a-t-il dit. Le Prix Nobel a relaté comment dans son village natal à Gymnasium en Allemagne, il n’y avait pas de Grammar School et que les autres écoles enseignaient uniquement les langues. En 1956, le Pr Huber quitte Gymnasium pour Munchun afin d’y étudier la chimie. Issu d’une famille qui faisait face à des difficultés financières énormes, le scientifique souligne que c’est grâce à des bourses qu’il a pu compléter ses études. « Obtaining scholarships is important to assist young people to study », a-t-il soutenu.
Ainsi, le Pr Robert Hubert indique avoir développé sa passion pour la cristallographie en escaladant des montagnes. « I used to do frequent climbing excursions and often find rocks on my way. I always told myself that I should learn more about the inside of crystals », a indiqué le Pr Huber. À partir de là, « j’ai poursuivi ma passion pour la cristallographie et la chimie ».
Au cours de la rencontre d’hier, le prix Nobel a aussi fait un exposé très technique de ses découvertes et expériences en tant que scientifique. Il a également expliqué ses recherches qui l’ont amené à être lauréat du Prix Nobel de Chimie en 1988. Le chimiste cristallographe allemand, a partagé avec les professeurs Hartmut Michel et Johann Deisenhoffer le prix Nobel de Chimie en 1988 pour avoir déterminé la structure de certaines protéines impliquées dans la photosynthèse. En s’attelant à étudier cette structure, les trois chercheurs ont créé une nouvelle méthode d’analyse des fonctions biologiques.
Au cours de sa longue carrière scientifique, l’éminent professeur a entre autres détenu la chaire de professeur à l’Université Technologique de Munich et a été Directeur de l’Institut de Biochimie Max Planck de Martinsried en Allemagne. Il occupe également le poste de professeur invité à l’Université de Duisburd-Essen d’Allemagne, l’Université de Cardiff du Royaume Uni, l’Université autonome de Barcelone d’Espagne et au Korean German Institute of Technology de la Corée du Sud, ainsi que le poste de directeur émérite à l’institut de biochimie Max Planck. Vu que l’objectif de la session d’hier visait également à encourager les jeunes à s’intéresser à la science, le Pr Huber leur a conseillé d’avoir un esprit inquisiteur.
Après l’intervention du Pr Huber, un film sur les découvertes en chimie a été projeté.