Le procès intenté à Curly Chowrimootoo et Louis Rico Jean Yves Aristide pour trafic de drogue a été appelé hier devant le juge Benjamin Marie-Joseph aux Assises. Les hommes de loi des deux accusés ont demandé un renvoi de deux mois à la cour afin d’avoir le temps d’étudier le dossier communiqué par le bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP).
Me Rama Valayden, qui assure la défense de Louis Rico Jean Yves Aristide, a informé la cour hier qu’il avait reçu tous les documents relatifs à l’acte d’accusation. Cependant, compte tenu « du volume du dossier », il lui faudra au moins deux mois, selon lui, pour préparer le procès. Me Rampoortab, avocat de Curly Chowrimootoo, s’est également joint à cette motion. Le parquet n’ayant pas objecté, le juge Benjamin Marie-Joseph a accédé à la demande. L’affaire sera de fait de nouveau appelée pour être fixée le 8 septembre. La poursuite est représentée par Me Shakeel Bhoyroo.
L’arrestation de Curly Chowrimootoo et Louis Rico Jean Yves Aristide découle d’une affaire de drogue. Des officiers postés à l’aéroport avaient en effet découvert la drogue suite à un examen aux rayons X d’un colis contenant deux chemises. Le fait que celui-ci provenait de la Grande île et était destiné à un habitant de Cité Kennedy leur avait mis la puce à l’oreille. Une opération de livraison contrôlée avait ensuite permis aux enquêteurs de mettre la main sur Louis Rico Jean Yves Aristide. Lors de son arrestation, ce dernier avait dénoncé Curly Chowrimootoo comme étant le destinataire du colis.
Dans un autre dossier datant du 12 juillet 2014, les Assises avaient infligé 25 ans de prison à Curly Chowrimootoo et son frère aîné, Steve Abraham Chowrimootoo. Ils ont été trouvés coupables, sous une première charge, d’avoir été, le 16 mai 2011, à l’avenue de l’Indépendance, Quatre-Bornes, en possession de 61,7 g d’héroïne dissimulés dans un sac en plastique noir sous ruban adhésif. Et sous une seconde charge, ils ont été reconnus coupables de possession de 52,37 g d’héroïne.