SOS Papa, qui lutte contre la violence domestique à l’égard des hommes et des femmes, réclame un amendement à la Domestic Violence Act pour que les faux demandeurs de “Protection Order” soient punis par la loi. Darmen Apadoo, président de l’association, avance que dans bien des cas « ce sont les hommes qui sont pris en otage par leurs compagnes ». Citant plusieurs jugements rendus par la Family Court, où la justice a noté que certaines femmes « ont mal utilisé le “Protection Order” », Darmen Apadoo juge « nécessaire » de régulariser la loi en vigueur.

Le président de l’association SOS Papa explique qu’une femme peut faire la demande d’un “Interim Protection Order” (IPO) contre son compagnon violent, qui n’a pas le droit de s’approcher d’elle durant 14 jours. Un officier du ministère de l’Égalité des Genres rédige par la suite un affidavit basé sur les déclarations de la victime uniquement.

« Lakize li vilnerab. Si antretan so madam la met enn “case” kont li, lapolis aret li toud swit. Bokou ka inn raporte a lasosiasion kot bann misie dir ki zot madam servi IPO pou anpes zot zwinn zot zanfan », explique-t-il. Toujours en faisant référence à quelques jugements, où la “victime” fait de fausses déclarations, Darmen Apadoo est « surpris » que « okenn sanksion pa pran kont zot pou fos afidavi e zot sorti lib ».

De son côté, Twahir Noorally, secrétaire de SOS Papa, estime que l’IPO « affecte grandement la relation entre père et enfant ». Darmen Apadoo déplore également que « certains innocents aient dû débourser de l’argent pour contester le “Protection Order” par voie légale ». Il poursuit : « Bann dimounn ki pa kapav pey avoka, pa kone ki laport bizin tape. Ena pa kone mem ki prosedir bizin fer pou konteste. »

Cependant, Darmen Apadoo précise que son association condamne tout acte de violence contre l’homme et la femme, souhaitant en ce sens que « le prochain ministre de l’Égalité des Genres soit un homme ».

Il ajoute : « Ena sertin minis feminin ankor ena mantalite ki zot minis de la Fam. Nou dakor ki a lepok ti met sa avek rezon. Aster, pa kapav ena minis ki okip zis fam. Pe fer kampagn konsiantizasion, micro-antrepriz zis pou fam. Ena enn “mindset” ki bizin sanze. »