Le contrôle annuel de l’environnement physique et pédagogique des collèges privés par la Private Secondary Schools Authority (PSSA) avant l’octroi des “grants” a toujours été marqué par des grincements de dents du côté de certains managers. Le rapport sur la réorganisation de la PSSA propose une nouvelle formule d’inspection où l’évaluation des facilités existantes dans les collèges sera confiée aux… responsables des collèges eux-mêmes pendant une période de trois ans. Si cette formule est adoptée, le rôle jusqu’ici joué par les Supervisors de la PSSA sera définitivement amoindri. Selon nos informations, cette recommandation ne ferait pas l’unanimité et provoquera même quelques remous lorsque cette question sera abordée au sein du conseil d’administration de la PSSA. Des enseignants du secondaire privé ont aussi des réserves à ce sujet.
La proposition figurant dans le rapport est comme suit : « Empower schools and reinforce the partership process by, interalia, allowing schools to carry out their self-assessment of facilities for a period of three years as per the assessment criteria laid down. Random checks will however, be the norm. »
Il y a un total de 90 collèges privés “grant-aided” et le budget annuel de la PSSA a déjà dépassé les Rs 3,3 milliards, dont 98% engloutis pour les collèges – “grants” et salaires/benefits des employés –, le reste servant au fonctionnement de cet organisme. ll est bon de savoir qu’en février 2012, le board de la PSSA a pris une décision pour exempter quelques collèges de cette inspection annuelle. Et dans le cas de ces collèges, la PSSA effectue un contrôle tous les deux ans. Mais selon des officiers de la PSSA, cette mesure « serait illégale », comme le serait aussi la nouvelle formule proposée dans ce rapport. Ils sont catégoriques : « Cela va à l’encontre des principes de bonne gouvernance et d’accountability. La Finance & Audit Act stipule clairement qu’il doit y avoir un audit chaque année pour tous les organismes bénéficiant des fonds de l’État. » Ces protestataires font référence aussi à une clause dans la GN35 Education Regulations 1959, qui ferait mention d’une évaluation annuelle. « Cette clause n’a jamais été amendée », affirment-ils.
Ceux qui expriment des réserves sur cette proposition de changement de formule pour l’inspection des collèges craignent que cela ne donne lieu à des abus de la part de certains directeurs de collèges, qui ont déjà un « “tract record” peu reluisant » concernant la gestion de leur établissement. « À l’heure où tous mettent l’accent sur la bonne gouvernance et l’accountability, comment peut-on faire une telle proposition ? » se demandent des cadres de la PSSA.
Le “sub-committee” du board la PSSA, nommé pour faire des propositions sur la restructuration de la PSSA, a soumis son rapport en décembre 2013 et cette instance tiendra une réunion demain après-midi.