Le Premier ministre, qui faisait hier sa première sortie politique depuis les élections municipales, a choisi d’aller en guerre contre les médias. Selon Navin Ramgoolam, il existe « une dictature des médias qui veut gouverner le pays ». « Mwa mo ti kone nou ki elu, nou ki gouverne. Me se media ki pe rod gouverne. Nou ava gete. Mo pou lager. Mo pa per pou lager ! » a lancé le leader du PTR.
Selon Navin Ramgoolam, la réunion de l’exécutif du PTR avait pour but de se pencher sur l’organisation du grand congrès annuel prévu le 24 février et qui coïncidera avec la célébration de l’anniversaire du parti. « Il y a toute une procédure à suivre pour obtenir les applications, permettre la présentation des candidature ainsi que l’organisation des élections. Nous prévoyons une cérémonie de dépôt de gerbes devant la stèle à la Place Guy-Rozemont devant le quartier général du Parti travailliste », a-t-il dit.
Invité à commenter la situation politique, Navin Ramgoolam a lancé qu’il y a « une dictature des médias qui veulent gouverner le pays ». « Mwa mo ti kone nou ki elu, nou ki gouverne. Me se media ki pe rod gouverne. Nou ava gete. Mo pou lager. Mo pa per pou lager ditou ! »
S’agissant du “gaging order”, Navin Ramgoolam a estimé qu’il est incroyable que la presse ait le droit de mettre en doute la parole d’un juge à ce point et de mettre en doute son intégrité. « Eski la justice veut dire donne seki la presse oule lerla li korek ? Zot fini ekrir jugement-la zot. C’est cela qui est incroyable. C’est un pays qui va à la dérive des médias. Heureusement que le parti a moi pour leader. Je suis un guerrier. Je me bagarrerai et continuerai à le faire parce que je veux que les choses se passent correctement. Je trouve incroyable qu’un juge doit se récuser de l’affaire parce qu’il est attaqué par l’opposition et les médias. C’est une affaire incroyable et impensable », a-t-il insisté.
Quant au faux pas de Serge Petit, Navin Ramgoolam s’est demandé combien de fois les journaux ont fait des erreurs. « Serge Petit n’a-t-il pas le droit de faire une petite erreur ? Cette erreur découle du fait que boug-là ine vinn CEO et linn pense sa. Il l’a corrigée tout de suite. Toute la vérité est sortie et c’est seulement un petit rectificatif que Serge Petit a fait qui les intéresse », a dit le Premier ministre.
La réunion d’hier a duré près de deux heures. Navin Ramgoolam est arrivé vers 17 h 10 pour repartir vers 19 h 15. Il devrait quitter le pays dimanche pour se rendre à Davos, en Suisse. Interrogé à ce sujet par la presse, il a refusé de répondre à la question.