Ils étaient des “die-hard” du PTr, mais se disent déçus du déroulement des choses au sein du parti dirigé par Navin Ramgoolam. Une centaine de membres de Constituency Labour Party (CLP) du N° 10 (Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est) ont démissionné jeudi pour se joindre au MSM.
« Le PTr que nous avions connu n’est plus le même… Aujourd’hui c’est après avoir mûrement réfléchi que nous pouvons dire que l’équipe actuelle dirigeante du PTr a mené le parti à la ruine. Les efforts et sacrifices des agents ne sont pas reconnus. Il n’y a pas de démocratie au sein du parti qui s’est détaché de la base ». Propos de Soudesh Katoorah, un des démissionnaires de la branche régionale du PTr de la circonscription N° 10, face à la presse jeudi à l’hôtel Saint-Georges. Expliquant les raisons qui les ont motivés à quitter le parti, les démissionnaires ont évoqué, entre autres, les scandales qui ont éclaté au grand jour : BAI, Betamax, la route Terre-Rouge/Verdun, et la façon dont les choses sont gérées au sein du parti. Pour eux, il y a un « manque de démocratie » au sein du PTr. « Nous avions espoir qu’il y aurait des changements mais finalement ils ont gardé les mêmes personnes à la tête du parti », affirme Soudesh Katoorah. De son côté, Ismed Dulloo soutient avoir été déçu par le parti et précise « ne pas avoir d’esprit de vengeance envers le PTr ». Les démissionnaires ont par ailleurs fait allusion à un manque d’organisation avec la perception que le Constituency Labour Party est debout seulement lorsque le PTr se trouve dans l’opposition.
La défaite du PTr lors des dernières élections générales a également été commentée. Cette défaite, selon les démissionnaires, a été la sanction infligée par la population au parti. « Le PTr a trahi la confiance de la population et de ses agents. Zordi lizie inn ouver ». Beaucoup de partisans, disent-ils, ont été blessés par « l’arrogance » de certaines personnes au sein du parti. « La meritokrasi pa pase, se mot dord ki pase », a lancé Soudesh Katoorah. Ainsi selon lui, « le PTr appartient désormais au passé » et l’avenir se conjugue avec l’Alliance Lepep. Le MSM, selon les intervenants, incarne les idéaux de la démocratie. « Nous avons décidé de donner un coup de main à sir Anerood Jugnauth et son équipe afin de remettre le pays sur les rails et en vue d’accomplir le second miracle économique, la création d’emplois, rétablir le law & order et la construction d’une route reliant Belle-Mare à l’aéroport », a expliqué Soudesh Katoorah. Ce dernier a par ailler fait l’éloge de Pravind Jugnauth, qui a, dit-il, les capacités pour succéder à SAJ.
Cette démission en bloc d’une centaine de membres intervient à la veille des célébrations organisées par le PTr à la mémoire de Sir Seewoosagur Ramgoolam. Lors de la séance de questions/réponses, les démissionnaires ont cependant nié toute coïncidence entre l’annonce de ces démissions en série et la tenue des activités du PTr ce week-end.