Les deux leaders de l’alliance PTr/MMM, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, se sont déclarés satisfaits hier de l’accueil reçu par celle-ci dans les 20 circonscriptions du pays. « L’accueil a été enthousiaste. Il y a une fusion entre les militants des deux partis », a constaté Navin Ramgoolam. Paul Bérenger a, pour sa part, qualifié d’extraordinaire « la fusion entre les deux partis malgré 17 ans d’adversité ». Le Premier ministre est toutefois resté hermétique aux sollicitations de la presse concernant la date des prochaines élections. Aucune indication dans ce sens ne sera donnée lors de son intervention à Quatre-Bornes demain.
La conférence de presse en présence des dirigeants du PTr et du MMM s’inscrivait dans le cadre de la mobilisation en vue du meeting de demain. « Ce premier grand meeting marquera le lancement de la campagne électorale de l’alliance PTr/MMM », a indiqué Navin Ramgoolam, ajoutant que « la campagne de mobilisation se passe très bien et que l’alliance a reçu un accueil enthousiaste ». À son avis, la population « a déjà compris l’enjeu des prochaines élections ». Et d’ajouter : « L’alliance PTr/MMM représente l’avenir. Elle a un projet pour que Maurice continue à avancer et crée des conditions pour l’avenir des jeunes et des générations à venir. C’est notre alliance qui est capable de moderniser le pays et de garantir l’unité des Mauriciens. Il y a un grand dynamisme en faveur de l’unité, du progrès économique et de la justice sociale. Les deux partis, qui représentent déjà la grande majorité de la population, épousent les mêmes valeurs de social-démocratie et ont le plaisir de travailler ensemble dans un esprit de solidarité pour le pays », a soutenu Navin Ramgoolam.
Le Premier ministre devait faire ressortir que l’alliance PTr/MMM dispose d’une équipe compétente qui a une capacité d’agir et de rassembler. Il n’a pas épargné son principal adversaire, affirmant que « de l’autre côté nous avons une alliance de la démagogie et de la division qui travaille pour un clan familial ». Il a invité les Mauriciens à venir dire « non à la division, non au castéisme et oui à l’unité et à la modernité ».
Pour sa part, Paul Bérenger a invité tous les militants, sympathisants et électeurs au démarrage de la campagne électorale au rassemblement de Quatre-Bornes. Il dit partager le sentiment de Navin Ramgoolam concernant l’enthousiasme avec lequel les partisans des deux partis travaillent ensemble. « C’est extraordinaire d’avoir réussi à rassembler et regrouper nos partisans après 17 ans d’adversité politique. Nous avons réussi à effacer tout cela et faire une fusion extraordinaire, même si ce n’est pas complet ». Le leader du MMM, a estimé qu’il y aurait une concurrence entre les partisans des deux partis. « Pou ena drapo rouz e drapo mov me la fizion pou ekstraordiner », ajoutant que ce meeting marquerait le démarrage vers une victoire éclatante, voire émouvante. Paul Bérenger devait finalement qualifier l’éventuelle grève initialement envisagée aujourd’hui par les travailleurs de l’industrie du transport de « précipitée » et observer qu’il n’y avait pas de « trade dispute ». Il a précisé avoir affirmé que dans le cas de la grève envisagée dans l’industrie sucrière, toutes les procédures ont été suivies.
Sur une question concernant les lobbys communautaristes et castéistes, Navin Ramgoolam devait répondre que les membres des différentes associations culturelles « sont des citoyens mauriciens ». Paul Bérenger a, pour sa part, trouvé tout à fait normal de rencontrer des membres d’associations enregistrées pour les rassurer, donner des explications nécessaires ou refuser diplomatiquement d’accéder à leur demande. Il a précisé qu’il ne céderait pas à des demandes déraisonnables, sans pour autant tourner le dos à ses interlocuteurs. « Si vous tournez le dos, vous créez une panique », devait-il préciser.
Invité à commenter la décision de Vishnu Lutchmeenaraidoo de se joindre à l’Alliance Lepep, le leader des mauves n’a pas caché sa déception et son sentiment d’avoir été trompé. « Personne ne le prenait au sérieux au MMM. Toutes les semaines, il annonçait la fin du monde économique. C’est une personne fausse jusqu’au bout des ongles. On ne peut pas être faux à ce point sur la terre. Au fond, il n’a pas changé. Il adhérait à la démarche de SAJ, de qui il était très proche ».
Interrogé sur la MBC, Paul Bérenger a déclaré que tout était explicité dans l’accord signé avec Navin Ramgoolam, mais a toutefois refusé de revenir sur des remarques qu’il avait faites auparavant, soulignant qu’il était tourné vers l’avenir. Interrogé sur une éventuelle Freedom of Information Act, Paul Bérenger s’est cantonné à l’annonce concernant l’approfondissement de la démocratie contenu dans l’accord PTr/MMM. S’agissant d’un scrutin à deux tours pour élire le Président, Navin Ramgoolam devait répondre que Maurice « est une société multiculturelle et n’est pas la France ».