Une motion du conseiller Suren Appadu visant à instituer un comité pour trouver une solution permanente au problème des marchands ambulants dans les limites de la Ville des Fleurs a été adoptée jeudi à l’unanimité. Le conseiller a plaidé pour que la municipalité soit proactive par rapport aux problèmes que pose chaque année la présence de ces marchands à l’approche des fêtes de fin d’année.
« Que nous le voulons ou pas, les marchants ambulants font partie de notre patrimoine commercial et culturel… Nous ne pourrons jamais nous en défaire… C’est pourquoi la municipalité de Quatre-Bornes doit être proactive et trouver une solution permanente pour ces marchands, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année quand le phénomène semble s’amplifier… », a argué le conseiller Appadu, sous l’approbation bruyante d’un marchand ambulant très connu, présent dans la salle.
Selon l’auteur de la motion, il faut non seulement que la mairie trouve un endroit approprié pour caser les marchands ambulants de la ville, mais il faut aussi régulariser la situation des autres qui travaillent dans l’illégalité. « Cela fait pitié de les voir se sauver à l’approche de la police de peur qu’on ne saisisse leurs marchandises… parmi, il y a même des vieilles dames… C’est de notre devoir, en tant que conseillers, de nous assurer que des citoyens honnêtes puissent gagner eux aussi leur vie de façon digne », a-t-il argué, tout en faisant comprendre qu’il n’est pas contre le fait que la police fasse son travail.
« C’est pour cela qu’il faut instituer au plus vite un comité, qui va étudier non seulement le problème des marchands ambulants, mais qui va aussi prendre en compte les doléances des commerçants de la ville qui s’acquittent de leurs redevances », a-t-il précisé.
Suren Appadu a aussi plaidé que la municipalité de Quatre-Bornes soit le fer de lance d’une action nationale pour trouver une solution durable aux problèmes des marchands ambulants dans le pays. « La municipalité doit discuter de ce problème au niveau de l’Association des autorités urbaines, car c’est un problème qui affecte toutes les collectivités locales et qui doit être résolu au niveau national si l’on veut réussir », a-t-il argué. Et d’insister : « On doit faire quelque chose pour ces gens ! »
« Nous devons assumer nos responsabilités de conseillers et trouver une place dans la ville où caser ces marchands », a pour sa part affirmé le conseiller Dhiren Gungabissoon, qui a secondé la motion. Pour le conseiller Siva Moothoosamy une solution au problème des marchands ambulants doit être trouvée de façon globale en collaboration avec toutes les collectivités locales.
Le conseiller Reshad Lotun a de son côté argué que Quatre-Bornes subit déjà « l’effet de déplacement » des marchands ambulants persécutés dans les autres villes. « Soley lev pou tou dimounn. Il faut une solution durable et persuader les commerçants de la ville de la justesse de cette motion », a-t-il indiqué.
Pour le conseiller Roshan Seetohul, rechercher une solution durable au problème des marchands ambulants, c’est contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des habitants de Quatre-Bornes dans leur ensemble. « Il faut des actions concrètes ! », a-t-il dit, exhortant l’administration municipale à se mettre au travail au plus vite.
Par ailleurs, une motion du conseiller Ramlugun pour l’installation de panneaux photovoltaïques sur le toit des bâtiments municipaux a été aussi adoptée.