«I am personally fully committed in the battle to eradicate the gambling mafia. No stone will be left unturned to achieve our objectives.  In line with the budget announcements with regard to the non issue of new licenses, I wish to inform the House that in implementing this measure the Gambling Regulatory Authority  will put into place a mechanism to autocorrect embedded injustices in the system with a view to establishing a level playing field wherever needed.», le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth avait donné le ton mardi dernier dans son discours de circonstance avant de déposer une copie du rapport de la commission d’enquête sur les courses hippiques à l’Assemblée Nationale.
Ce rapport attendu depuis février est finalement tombé après un mois et le moins que l’on puisse dire c’est que la claque résonne encore et résonnera pendant encore longtemps au sein du Mauritius Turf Club (MTC). Mais les findings de la commission d’enquête, présidée par l’Anglais Nicholas Parry, assistée de ses deux compatriotes George Ben Gun et  Peter Scotney vient aussi éclabousser le duo Ian Paterson-Gilbert Merven. Ce dernier est considéré comme «responsable» de l’état de la situation du club et que son choix d’installer le premier nommé comme Chief Stipe en 2013 vient plus d’une décision personnelle du président d’alors en raison de son «friendship relation» avec l’Australien que d’une décision juste et calculée.
MTC: «borders on being institutionally corrupt». La commission reconnaît cependant que les responsables du MTC ne sont pas directement liés aux cas de corruption, mais la commission a constaté qu’ils sont bien  informés de la situation.
Dans la foulée, la commission considère que le MTC est un club rongé par la division, mésententes et de ce fait c’est une organisation facturée avec des «borders on being institutionally  corrupt» et qui a eu pour conséquence de mettre ce club de 203 ans sur les genoux… . «The Commission noted evidence about the two ‘clans’ in the membership; one siding with the current President, the other with a former President.  It listened carefully to the evidence from both sides and was struck by the comment of a current Administrator that the divisions within the MTC “had brought the Club to its knees”; the Club is dysfunctional», écrivent entre autres les trois Anglais.
Enter la MHA
Qualifiés de Rottweillers par l’ex-Premier ministre, les trois Anglais n’ont pas pris des gants en ce qui concerne le fonctionnement du MTC. Certes il y a eu des bons points qui ont été distribués au management du MTC (voir hors texte), mais dans l’ensemble, le monde hippique est sérieusement ébranlé avec ce rapport. D’autant plus que la commission vient établir l’axe Ian Paterson-Gilbert Merven. La venue à Maurice du premier nommé, estime le rapport, a causé un tort immense au MTC… « The Commission considers that the MTC and in particular the President who, against the wishes of many of his colleagues, brought Paterson back have a heavy responsibility for that state of affairs.  The Commission judges, on the evidence it has heard and read, that the actions of Ian Paterson during his two terms of office as Chief Stipendiary Steward were instrumental in bringing the reputation of the MTC into disrepute.»
Face à cette situation le rapport Parry a presque recommandé la dissolution du MTC pour le remplacer par un autre MTC avec des statuts plus en ligne avec le rôle qui lui convient. De même que la création d’une Mauritius Horseracing Authority (MHA). Dans le rapport Parry, la création du MHA est proposée comme la condition sine qua non pour sauver l’industrie des courses.  Le rapport donne même les contours de cette nouvelle autorité qui doit être entre autres responsable de: a) l’octroi d’une licence à tous les participants, (b) l’élaboration des Rules of Racing, (c) le choix des Stewards des courses (d) le personnel pour la journée des courses, (e) les questions relevant du domaine des vétérinaires, (f) le financement de responsabilités régulatoires et de gouvernance, (g) la mise en place d’un Integrity Department, (h) et le panel disciplinaire, dont un corps indépendant mis sur pied par la MHA, plus une instance d’appel sous le contrôle de la MHA.
Le rapport vient faire aussi état de l’importance du marché des paris illégaux qui dit-il font perdre quelque Rs 800 millions aux caisses de l’État. De ce fait, l’argent issu de cette pratique aide au financement de la corruption  au sein de cette industrie. A ce chapitre, le rapport recommande qu’au MTC soit accordée une licence pour offrir des paris selon le système totalisateur. De même, le rapport a fait ressortir que la compagnie sms pariaz n’est pas connectée au server depuis ces cinq dernières années.
Dans la foulée, les commissaires Parry, Ben Gun et Scotney tirent à boulets rouges sur la Gambling Regulatory Authority qui est inefficiente et dont le plus jeune employé est âgé de …64 ans. La Police des Jeux est aussi considérée comme inefficace et que les crimes liés au sport et aux paris ne sont pas traîtés comme des «top priority» par la police mauricienne.