Lors d’une cérémonie hier à la Beau Vallon Government School dans le cadre du World Sight Day, le ministre de l’Éducation a publiquement déclaré : « Je sais que le PRB a ses contraintes mais je ne suis pas satisfait. J’aurais aimé qu’il donne plus aux instituteurs. » Par ailleurs, Vasant Bunwaree, qui agit en tant que ministre des Finances par intérim en l’absence de Xavier-Luc Duval du pays, a aussi annoncé qu’un budget additionnel de Rs 200 000 sera alloué jusqu’à fin décembre aux écoles souhaitant effectuer des travaux dans leurs établissements.
Le ministre de l’Éducation se dit conscient de l’écart entre les instituteurs du primaire et les enseignants du secondaire bien que les deux possèdent pratiquement les mêmes qualifications. « J’aurai souhaité que le PRB corrige les disparités entre le primaire et le secondaire et que les instituteurs aient le sentiment qu’ils ont été récompensés pour le gros travail qu’ils accomplissent, mais cela n’a pas été le cas. Mais je comprends que le PRB a aussi ses contraintes », a déclaré le ministre Bunwaree. Il a cependant lancé un appel au corps enseignant de ne pas se laisser démotiver et de continuer à assumer son rôle en vue d’assurer l’avenir des enfants. Le ministre Bunwaree intervenait lors d’une cérémonie organisée dans le cadre du World Sight Day à l’école du Gouvernement de Beau-Vallon.
Faisant par ailleurs allusion au taux d’échec scolaire lié à des problèmes de vue, le ministre a sollicité les instituteurs afin qu’ils développent des aptitudes leur permettant de déceler les signes avant-coureurs chez les enfants. Vasant Bunwaree a aussi annoncé le lancement d’un concours national de « Best Talents » à travers tous les établissements primaires de l’île afin de donner la chance aux trois meilleurs écoliers de se présenter au niveau national. Le concours, qui sera lancé incessamment, est particulièrement destiné aux élèves de Std III et IV ayant suivi l’Enhancement Programme. Assumant le rôle de ministre des Finances par intérim jusqu’à samedi, Vasant Bunwaree a également annoncé qu’un budget additionnel de Rs 200 000 sera mis jusqu’à fin décembre à la disposition des écoles qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation ou d’embellissement dans leurs établissements.
Par ailleurs, 15 élèves identifiés avec des problèmes de vue ont reçu hier des lunettes offertes par la Standard Chartered Bank (SCB) Mauritius. La cérémonie s’est déroulée hier en présence du CEO Sridhar Nagarajan et des représentants de l’OAM, Farheen Jannoo-Ozeer et le Dr Rechad Nazir. Sridhar Nagar a souligné hier l’engagement de la SCB à ce programme.
La SCB avait signé un accord de principe en mai dernier avec le ministère de l’Éducation et l’Optical Association of Mauritius (OAM) dans le cadre du lancement de la campagne nationale de dépistage de la vue dans les 261 écoles primaires du pays. L’OAM apportera aussi son soutien aux élèves ayant des problèmes de vue et nécessitant un traitement.
La campagne vise à dépister d’éventuelles complications liées à la vue chez environ 30 000 écoliers âgés de 5 à 6 ans dans les 261 écoles primaires du pays. La SCB fera aussi un don de lunettes aux élèves identifiés comme étant nécessiteux dans chaque école.
« Seeing is Believing » est un programme global de la SCB lancé en 2003 dans le cadre de la commémoration des 150 années d’existence de la banque. Il a financé des projets ayant soutenu plus de 28 millions de personnes à travers des campagnes d’éducation sur la santé. Le programme a aussi contribué à restituer la vue dans plus de 2,8 millions de cas et a financé des travaux pour prévenir la cécité chez des millions de gens. Selon les statistiques relatives à la cécité, un adulte dans le monde perdrait la vue toutes les cinq secondes, toutes les minutes pour un enfant ; et 60 % d’entre eux meurent en un an.
« Notre objectif à travers la campagne de “Seeing is Believing” est de restituer la vue des personnes qui sont dans le besoin », a déclaré pour sa part le CEO de la banque. L’OAM évaluera par ailleurs les résultats obtenus lors du dépistage visuel au courant de l’année afin d’assurer la viabilité du programme « Seeing is Believing ». Les données seront aussi utilisées pour une étude en cours sur « La vision chez l’enfant : ses causes et nécessités ».