La proposition de Paul Bérenger sur la réforme électorale, qui a été communiquée au Premier ministre et leader du Ptr Navin Ramgoolam cette semaine, a été évoquée à nouveau à la réunion des éléphants du Remake MSM-MMM à la Caverne hier. Il ressort que le MSM a maintenu sa position à l’effet que le maintien du statu quo en ce qui concerne le système actuel de best losers reste sa priorité. De son côté, le MMM attend avec impatience la réaction du leader des rouges à ce sujet. Ce dernier a demandé un temps de réflexion avant de se prononcer.
Paul Bérenger a, comme annoncé auparavant, proposé le maintien de l’élection de 62 députés par le système first to past the post (FPTP) et la nomination de 20 parlementaires selon le système de représentation proportionnelle sur la base des listes des candidats soumis avant les élections à la Commission électorale. Il a proposé que les leaders officiels des partis politiques puissent avoir la possibilité de choisir huit autres députés à partir des candidats non élus lors des élections selon le système FPTP et non choisis à partir des listes proportionnelles.
Sir Anerood Jugnauth avait refusé samedi de se prononcer sur la proposition de Paul Bérenger, affirmant qu’il reviendra à son parti, le MSM, de se prononcer tout en insistant sur le maintien du système actuel de best losers. SAJ est resté sur sa position hier, estimant que la première priorité du MSM dans la perspective d’une réforme électorale est le maintien du système actuel de best losers.
Selon des informations recueillies de part et d’autre, il semblerait que le nombre de députés qui entreraient au parlement sans avoir été élus selon le système FPTP, qui s’élèverait à 28, ferait tiquer le PM. Ce dernier estime que ce nombre est trop proche de trente. Le MMM attend donc avec intérêt une contre-proposition du Ptr. Dans les milieux proches du MMM, on fait comprendre que Paul Bérenger est intransigeant quant au nombre de huit parlementaires qui seraient choisis par les leaders. Toutefois, selon ses proches, il est disposé à manifester une certaine flexibilité concernant le nombre de députés qui seraient choisis selon la liste de représentation proportionnelle, qui au lieu de 20 pourrait s’élever à 16 ou 18.
Selon un dirigeant mauve qui participe régulièrement aux réunions des éléphants, « si le MMM et le Ptr arrivent à un accord sur la configuration 62/(16,18 ou 20)/8, le MSM sera obligé de suivre ».
Pour sa part, Lalit a, dans un document diffusé cette semaine, proposé que 84 députés soient élus selon le système FPTP auquel s’ajouteraient 20 best losers puisés à partir des candidats non élus.
Lalit observe que Rezistans ek Alternative « did not get what they claimed in their media frenzy : the end of the communal best loser system ». Le parti réclame une mobilisation contre la demande du comité des Nations unies sur les droits de l’homme concernant la réactualisation du recensement de 1972.
Lalit justifie la constitution d’un parlement de 104 membres parce que « the population has doubled since 1968 », et propose la création de circonscriptions de quatre sièges à Maurice, trois sièges à Rodrigues et un siège pour un représentant des Chagos. « The best public spending on Government is on its elected arm, on democracy, on the legislature. Penny-pinching can be done elsewhere. The larger National Assembly and the proportional representation coming from best losers off a list predetermined by the party – would completely avoid the pernicious need to classify either the population by means of a new census, suggested by the UN Human Rights Committee, or continued classifying of candidates in order to respect the judgement of the Full Bench of the Supreme Court », soutient Lalit.