Trouver un parallèle entre les articles de Week-End et le retour du «Management Meeting» du lundi au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building n’est que fortuit. En effet, l’Assistant Secretary et  le PS Viren Kumar Daby qui ne croyaient pas dans le «Management Meeting» au sein de ce ministère, ont été priés d’organiser une tous les lundi à 10h. Puis le PS Daby a été prié de demander à la CCID de stopper net toute enquête sur les fuites d’informations au sein de son ministère. Ce sont les deux informations principales qui ressortent de la réunion de plus d’une heure entre le ministre des Sports Devanand  Ritoo et son staff. Quels soient top, middle ou bottom management.
Cette rencontre voulue par le middle management depuis deux semaines après qu’il fut constaté que la CCID menait une enquête sur une fuite d’informations autour de l’attribution des bourses d’État aux athlètes de haut niveau. Pour diverses raisons cette rencontre avec le ministre n’a pu avoir lieu, même une tentative du PS Daby termina en eau de boudin. Vendredi, le ministre avait réuni tous les SSO, les SO, le Directeur des Sports et son adjoint, ses conseillers et les cadres administratifs. Selon nos informations, d’entrée de jeu, le ministre a reconnu qu’il était «en colère» lorsqu’il a constaté que les noms des bénéficiaires de bourses d’État étaient dans la presse avant l’annonce officielle. «J’ai certes demandé une enquête, mais jamais je n’ai demandé que la police s’en mêle. C’est lorsque la police a commencé son enquête que j’ai été informé de cette démarche. J’estime que c’est une affaire très grave que je n’ai pas été informé avant d’aller de l’avant. C’est pour cette raison que j’ai demandé l’arrêt de cette enquête policière, mais je précise qu’en cas de récidive cette fois je serai sans pitié», a répondu le ministre à Week-End hier matin.
Thérapie de groupe
Cette rencontre qui s’est très vite transformée en une réunion de thérapie de groupe puisque certains se sont même sentis pousser des ailes en exprimant son pardon à tout le monde, même aux journalistes. Mais selon nos informations, le ministre aurait exprimé son mécontentement devant la dégradation des relations entre les différents cadres de son ministère. «Mais surtout sur le fait que certains courriers d’ordre sensible sont émis par son ministère sans qu’il en soit informé», a-t-on laissé entendre. C’est ainsi que Devanand Ritoo a demandé que tous les courriers sensibles passent par son bureau avant d’être émis, tout comme il a souhaité que toute information de son ministère destinée à la presse soit canalisée vers son attaché de presse, Benito Paris.