Le communiqué conjoint publié à l’issue du quatrième dialogue politique UE-Maurice tenu cette semaine à l’hôtel Maritim affirme son appréciation de la détermination de Maurice à combattre la corruption et  encourage le gouvernement à continuer à consolider la bonne gouvernance.
L’Union européenne a aussi confirmé que, dans le cadre du 11e Fonds européen de développement qui couvre la période 2014-2020, un soutien bilatéral conséquent sera accordé à l’éducation tertiaire, à la recherche et à l’innovation. Maurice et l’Union européenne ont également réitéré leur objectif dans la mise en oeuvre de l’accord de partenariat sur la pêche et dans la lutte contre les “illegal, unreported and unregulated fishing resources”.
La délégation européenne était, à cette occasion, composée de Marjaana Sall, accompagnée des représentants de huit pays membres de l’Union européenne, l’Irlande, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, la Croatie, l’Autriche, le Portugal et la Finlande. La partie mauricienne était dirigée par le ministre des Affaires étrangères Étienne Sinatambou, accompagné de l’Attorney General Ravi Yerrigadoo, du ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, du ministre des Services financiers, de la Bonne gouvernance et des Institutions réformatrices, Roshi Bhadain, du ministre de l’Économie océanique, Prem Koonjoo, et du ministre de l’Environnement, Raj Dayal.
Les échanges entre les deux délégations ont porté sur des questions d’intérêt commun, à savoir les accords de partenariat économique, la paix et la sécurité, la lutte contre le terrorisme, le combat contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance. Les conséquences du changement climatique, les objectifs de développement durable et l’intégration économique régionale ont également été évoqués. Soutenir Maurice en vue de changer son statut d’”upper middle class country” à celui de “high income country” fait aussi partie des objectifs prioritaires.
L’UE continuera à soutenir la Climate Action à Maurice et a annoncé que la paix, la sécurité et la stabilité dans la région figurent parmi les priorités dans le cadre de la coopération régionale.