Avec un total de 1,85 milliard de dollars, Singapour s’est retrouvé en tête des pays en termes de sources d’investissements étrangers directs pour l’Inde au cours du premier trimestre (avril-juin 2013) de l’exercice financier de ce dernier. La deuxième place est occupée par Maurice, avec 1,09 milliard de dollars.
Selon des données communiquées par un haut officiel du Department of Industrial Policy and Promotion (DIPP) à l’agence Press Trust of India, le montant total des investissements directs étrangers reçus par la Grande Péninsule pour les trois premiers mois du présent exercice financier s’est élevé à USD 5,39 milliards, contre USD 4,42 milliards pour la période correspondante de 2012. Outre Singapour et Maurice, les autres pays fournisseurs de FDI à l’Inde ont été l’Allemagne (USD 510 millions), les Pays-Bas (USD 408 millions) et les États-Unis (USD 315 millions). Les secteurs ayant bénéficié des plus importants flux de FDI ont été l’industrie pharmaceutique (USD 1 milliard), les services (USD 945 millions), l’industrie automobile (USD 515 millions) et l’informatique (USD 171 millions).
Pour le mois de juin 2013, les investissements directs étrangers se sont accrus d’environ 16% comparativement au niveau atteint pour le même mois de 2012, pour se chiffrer à USD 1,44 milliard. Cependant, cela reste le montant le plus faible enregistré depuis le début de l’année.
L’officiel du DIPP a indiqué que les récentes mesures prises par le gouvernement indien contribuent à améliorer le climat d’investissement dans le pays. Les autorités indiennes ont libéralisé la politique d’investissement direct étranger dans 12 secteurs, dont les télécommunications, le pétrole et le gaz, ainsi que l’industrie du thé.
Pour l’exercice financier 2012-2013, l’Inde a reçu USD 22,42 milliards de FDI contre USD 36,50 en 2011-2012. Il est estimé que l’Inde a besoin d’environ USD 1 000 milliards entre 2012-2013 et 2016-2017 pour pouvoir financer le développement de ses infrastructures (ports, aéroports, routes…) et stimuler davantage sa croissance économique.
Par ailleurs, l’Economic Times of India indique qu’une hausse du FDI aidera à soutenir la monnaie locale, qui s’est dépréciée ces derniers temps vis-à-vis du dollar américain.