Loin des turpitudes qui touchent actuellement ses compatriotes à Maurice sur le scandale Zip It et qui jettent un discrédit sur la profession de jockey, il y en a un qui porte haut le drapeau quadricolore à l’étranger et qui rappelle que jockey peut être un métier propre et que mauricien peut être synonyme de talent et de réussite.
Karis Teetan, le jeune jockey mauricien était entré en septembre dernier de manière spectaculaire sur la scène hippique à Hong Kong. Première monte, première victoire décisive sur Amazing Always un outsider côté à 25 contre 1. Un début de rêve pour ce jeune homme de 23 ans originaire de Flacq
et qui aujourd’hui vit son rêve d’enfance à l’autre bout du monde à Sha Tin et Happy Valley (Hong Kong) où il espère faire carrière aussi longtemps que possible.
Week-End l’a rencontré le jour de la Hong Kong Cup, le 8 décembre dernier, à Sha Tin. Ce jour là, Karis Teetan était sur la touche – suspendu pour 18 jours pour une interférence en course- tout en regrettant qu’il ne fût pas parti prenante de la plus importante journée de courses dans l’ancienne colonie britannique avec quatre Groupes 1 au programme. C’est l’une des premières importantes leçons de sa nouvelle expérience: il faut tout faire pour ne pas être suspendu et répondre présent aux grands rendez-vous. Là-bas on ne badine pas avec la discipline en course !
Au début de sa suspension, Karis Teetan avait obtenu la permission des Commissaires de Hong Kong pour se rendre en Afrique du Sud, où le mauricien a désormais élu domicile, près de sa fiancée, loin des sables mouvants de l’hippisme mauricien. Mais il était de retour pour assister comme spectateur à la journée internationale. Sa présence ce jour-là dans l’enceinte réservée aux jockeys et aux journalistes était des plus remarquées. Karis Teetan est une véritable vedette recherchée par les journalistes du monde entier. Et en excellent ambassadeur du Hong Kong Jockey Club, puisque suspendu donc disponible, il se prêtait agréablement et avec beaucoup d’intelligence au jeu des questions/réponses avec les envoyés spéciaux des télévisions sud-africaines, françaises et de Eurovision. Nous avons quand même pu lui prendre quelques minutes de son temps, fibre mauricienne oblige.
« Les courses de chevaux à Hong Kong sont aujourd’hui au plus haut échelon mondial. Les meilleurs jockeys au monde viennent monter à Hong Kong et si vous voulez atteindre le sommet de votre art, c’est ici qu’il faut exercer. Je suis à Hong Kong depuis trois mois et je ne cesse d’observer et d’apprendre. Côtoyer les jockeys comme Douglas White, Zac Purton, Olivier Doleuze et autres Gerald Mosse , Weichong Marwing et Brett Prebble à l’entraînement tous les matins et en course, cela vous met en confiance et on gagne en expérience. »nous confie le jeune mauricien qui rêve d’émuler ces aînés. Mais il mesure rapidement comment la moindre absence peut tout remettre en question:
«Pour une interférence, j’ai raté la chance de participer à deux courses de Groupe 1 et aussi j’aurais sans doute pu être en selle sur Able Friend et Super Jockey qui ont d’excellentes chances dans leur courses respectives cet après midi. » Et c’est des tribunes que Karis Teetan, qui avait vu juste, devait assister à la victoire de ces deux coursiers, avec un pincement au coeur mais le plaisir de les voir triompher…même sans lui. Mais cela n’a en rien entamé son ambition de briller au plus haut niveau dans son nouveau pays d’adoption.
« Mon ambition c’est de faire de mon mieux pour participer aux épreuves de Groupe. Mon objectif cette saison, ici, c’est le Hong Kong Derby. Ici à Hong Kong on n’est pas attaché à une écurie, on est employé par le Jockey Club. On doit réellement travailler dur à l’entrainement pour s’octroyer les montes : la discipline et l’amour de son travail doivent primer. Il faut aussi se montrer enthousiaste et bosser dur à l’entrainement c’est la seule façon de se forger une réputation auprès des entraîneurs pour obtenir les montes importantes. Pour l’instant j’ai le soutien de John Moore qui est l’entraîneur de Able Friend, qui devrait être un des favoris du Derby en Mars prochain. Si tout se passe bien je devrais obtenir cette monte pour le Derby. John Moore est un excellent entraîneur et je m’entends bien avec lui. »
Sa carrière commence en 2004 quand à l’âge de 14 ans il fut admis à la South Africain National Jockey Academy. Il fut sacré champion apprenti dans son pays d’adoption en 2008 avant de s’attribuer, la saison suivante, 147 victoires pour s’octroyer le titre de champion de la province du Vaal. Depuis il continue sa progression et accumule chaque saison plus de 100 victoires. Il compte à son actif, à ce stade, six victoires de Groupe 1 dont trois l’année dernière en Afrique du Sud sur Thunder Dance (Paddock Stakes), Jackson (Investec Cape Derby et Daily News 2000). Karis Teetan a aussi representé l’Afrique du Sud a la journée Internationale de Séoul (Corée du Sud) en 2012 et en 2008 à la Macau Apprentice Jockeys Invitation Races.
Et à Hong Kong son début de carrière est plus que prometteur comme le publie le guide officiel du Longines Hong Kong International Races :  » He has made a bright start to his Hong Kong career this season, notching 16 wins so far (as of December 1) ». Et il en est fier mais sait que le plus dur reste à venir.
Nous avons profité de notre entretien avec lui pour évoquer son récent séjour troublé à Maurice. Il en parle sans état d’âme, la conscience claire: « J’ai décroché un contrat très convoité à Hong Kong et en transit je me rends à Maurice pour participer à deux journées de courses. Et comme d’habitude je donne le meilleur de moi-même. Mais je ne peux faire de miracles. Certes ma monte sur le cheval de l’écurie Allet, Blue Lord, qui a fait couler tant d’encre, ne fut pas l’une de mes plus meilleurs mais de la à mettre en doute mon intégrité…je ne suis pas d’accord. Dans ce métier on doit prendre des décisions sur le champ et toujours pour le meilleur, mais cela peut s’avérer une erreur. En toute honnêteté, et je le dis sans rancoeur, ni rancune, à tous que pour rien au monde je n’aurais mis en péril mon contrat avec le Hong Kong Jockey Club…pour des peccadilles. Je fais toujours de mon mieux. Il y a une certaine mentalité à Maurice qu’il est difficile de dissiper. »
Comme pour montrer qu’il a déjà passé l’éponge sur cet épisode, il ajoute qu’aujourd’hui le niveau des chevaux importés a Maurice est en hausse et que les courses elles mêmes sont très compétitives.  » C’est peut-être l’étroitesse de la piste mais une chose est vraie il faut savoir réagir très vite au Champ de Mars. Si on fait même une petite erreur on n’a parfois pas le temps de rectifier. » Pour le reste, il se garde de tout commentaire.
Pour l’heure Karis Teetan, auréolé après des débuts sensationnels à Hong Kong, se sent un peu comme le petit prince. Mais pour le jeune mauricien, plein de talent, d’honnêteté et d’ambition, et qui à la tête bien solide sur ses épaules – nous pouvons en témoigner- il sait que pour devenir roi dans la cour des grands, il lui faudra bien plus que de la chance. Il faudra continuer à travailler dur tous les matins dans les brumes de Sha Tin pour obtenir ces montes importantes et puis se montrer à la hauteur en courses tout en se faisant plaisir. Comme il l’a fait, hier dès sa deuxième journée en selle depuis sa suspension, quand il fit triompher dans la dernière épreuve de la journée à Sha Tin, l’outisder côté à 25/1, Bubble Chic, au terme d’une course montée en toute intelligence et détermination pour battre sans coup férir le favori Glorious Sunday piloté par Olivier Doleuze.
Bravo Karis Teetan, l’île Maurice est fière de vous !