La grande rentrée des classes de demain se fera sans les enfants admis en première année dans la filière prévocationnelle. La raison : avec le resit exam et les résultats publiés à la fin de l’année dernière, l’allocation des places a accusé du retard. Du coup, la population estudiantine en Form I prévocationnel, tournant autour de 2 700 habituellement, a régressé de moitié. Certains collèges accueilleront entre 7 à 20 enfants en première année. Le phasing out du secteur, comme le prévoit le projet Nine-Year Schooling, aurait commencé ! C’est peut-être le seul signe indiquant la refonte annoncée car, à ce jour, ce projet est plus que jamais opaque.
La grande rentrée des classes dans le primaire et le secondaire, demain, se fera non sans questionnements pour les principaux acteurs de l’éducation, dont les responsables des écoles. Une fois les formalités qui inaugurent le premier trimestre terminées, d’aucuns se demandent si 2014 sera la dernière année d’un système tant décrié pour son caractère élitiste. Pour cause, annoncé l’année dernière, le Nine-Year Schooling devrait dans un an (ou un peu plus) bouleverser le paysage de l’éducation en gommant la compétition féroce du Certificate of Primary Education, le secteur prévocationnel, entre autres. Mais à la veille d’une nouvelle année scolaire, les questions autour du concept Nine-Year Schooling restent sans réponses. Tout ne sera que spéculations jusqu’au moment où le High Powered Committee composé de techniciens du ministère de l’Éducation  délivre la première ébauche de leur travail sur l’application du projet. Au ministère de l’Éducation, on avance que ce comité pourrait donner un aperçu de ses réflexions d’ici à quelques semaines. Cependant, l’idée de se retrouver avec un document structuré et auquel ils n’auraient pas participé ne plaît pas à ceux qui vont faire partie du core committee. La Government Teachers’ Union (GTU), de par son statut de principal syndicat du primaire, sera représenté sur ce core committee. Son président, Vinod Seegum, dit ne pas vouloir être mis devant des décisions déjà prises ! Mais la GTU a eu l’assurance que tout comme d’autres syndicats de l’éducation, le Bureau de l’Éducation Catholique, le Mauritius Institute of Education, le Mauritius Examinations Syndicate, elle aura le droit de dire et défendre son opinion et de faire des suggestions au moment voulu.
Statut inchangé pour certains collèges nationaux
À ce jour, le seul signe concret qui pourrait être perçu comme un prélude au Nine-Year Schooling est la régression dans le nombre d’admis en première année dans le secteur prévocationnel pour 2014. En 2013, les candidats ayant échoué au CPE après une première tentative ont eu la possibilité de se préparer aux mêmes épreuves tout en intégrant la première année de la filière prévocationnelle. Les redoublants du prévocationnel qui ont réussi le CPE ont pu trouver une place dans le mainstream. Le resit exam, nouveau système de rattrapage, a également contribué, et ce, de manière considérable, à diminuer le nombre d’admis en première année du prévocationnel. Si les 1185 school candidatesn’avaient pas pris part au resit exam, tous se seraient retrouvés au prévocationnel. Contrairement aux précédentes années où environ 2700 enfants sont admis dans cette filière, en 2014, un peu moins de la moitié sera répartie dans les collèges qui dispensent des cours prévocationnels.
Au ministère de l’Éducation, on explique que cette nouvelle configuration a retardé l’allocation des places dans le prévocationnel, les résultats ayant été proclamé le 30 décembre dernier. «Nous avons attribué les places en prenant en considération les ressources dont disposent les collèges», déclare-t-on du côté de la MITD House. C’est ainsi que certains collèges accueilleront entre 7et 20 élèves et que d’autres avec deux streamsdémarreront la première année avec 25, 30 ou encore un peu plus de 50 collégiens. À vendredi dernier, plusieurs collèges privés attendaient toujours la liste des admis, tandis qu’au BEC le flou s’était dissipé à la mi-journée. Néanmoins, sa directrice, Gilberte Chung, concède : «Si à court terme nous ne devons pas nous inquiéter de la situation et de l’avenir du secteur prévocationnel, la réflexion à ce sujet s’impose sur les moyen et long termes.»Si le Nine-Year Schooling se concrétise, le concept modifierait le statut des collèges, régionaux et nationaux. Toutefois, il revient que tous les collèges nationaux ne seront pas logés à la même enseigne.
Timatou & friends: changement de dernière minute
Si l’admission en première année du prévocationnel se fera dans quelques jours, celle pour les enfants de la Std I et Form I s’est passée sans heurts. Toutefois, le nouveau manuel Timatou & friends(j’apprends avec Timatou et ses amis), du MIE pour les quelque 13 000 petits en première année (Foundation Year, concept remplaçant Bridging the gap) du primaire, a connu des modifications de dernière minute avant sa distribution demain. Selon nos informations, des dessins figurant dans le manuel n’auraient pas plu au plus haut niveau au ministère de l’Éducation. Timatou&friends, livre bilingue (anglais/français), met en scène des animaux familiers aux enfants. Dans un communiqué qu’elle a émis peu après la distribution d’une copie du manuel aux maîtres d’école, la Government Hindi Teachers’ Union n’a pas caché sa colère : la Foundation Year a occulté les langues orientales.