Le MSM et son leader Pravind Jugnauth en ont pris pour leur grade à la conférence de presse du Parti travailliste, hier, à Port-Louis. Tout en commentant la rentrée parlementaire, le déplacement du Premier ministre, Navin Ramgoolam au sommet de la Francophonie en RDC, sa visite en France…, le président des rouges, Patrick Assirvaden, de même que la responsable de communication du parti, Nita Deerpalsing, n’ont pas épargné le MSM. Et surtout son leader Pravind Jugnauth et Sir Aneerood Jugnauth. Les deux porte-parole du Ptr reprochent à leurs adversaires d’alimenter des rumeurs infondées et de persister dans leur « kanpayn palab » et « kanpayn zet labou… »  Hier, comme lors de leurs précédentes conférences de presse, d’ailleurs, le deux animateurs de cet exercice ont à nouveau rappelé que le MMM, partenaire du MSM, « est en train de traîner un boulet » en connaissance de cause. Et de mettre les mauve en garde sur les conséquences aux prochaines élections municipales. Aussi, le meeting conjoint MMM/MSM à Plaine-Verte, il y a une semaine, a prouvé la faiblesse des deux partis. D’autre part, tout au long de son intervention, Patrick Assirvaden n’a pas lésiné sur les termes élogieux à l’égard du PM dans ses fonctions, au Parlement, au gouvernement, sur le plan international ou encore avec les syndicalistes, vendredi dernier.
L’opposition, selon Patrick Assirvaden, s’est encore une fois ridiculisée en prévoyant une rentrée parlementaire chaotique. « Deux semaines auparavant, ils avaient fait croire que les ministres seraient sur la défensive. Ils ont fait toute une mise en scène à travers leurs meetings et conférence de presse. Mais mardi, le PM a été serein, responsable, avec un agenda précis (…) alors que l’opposition était divisée, sans stratégie. Je m’attendais à une opposition huilée, tel n’a pas été le cas. » L’intervention à l’Assemblée du PM sur la réforme électorale a, dit-il, « éclairci beaucoup de points. » Navin Ramgoolam veut d’une réforme « claire » où « toutes les communautés seront taken on board. » Sur cette question, Patrick Assirvaden est d’avis que le leader des rouges « est un rassembleur qui s’est démarqué de ses adversaires. » Toujours sur la réforme électorale, le président du Ptr a fait ressortir que Navin Ramgoolam « a clairement démontré qu’il est pour un dialogue avec le MMM » et non, en faisant référence au MSM, avec « enn parti ki ena problem izyen politik ek enn pase doute! »
« Un Budget qui gardera le cap sur la résilience économique »
Abordant le Sommet de la Francophonie à Kinshasa et le déplacement de Navin Ramgoolam en France, sorties qui ont été grandement critiquées par l’opposition, Patrick Assirvaden a voulu mettre les points sur les i. Il a rappelé que l’Afrique est un continent d’avenir et que de grands chefs d’Etat étaient présents en RDC. Navin Ramgoolam a le respect de ces derniers. Le sommet de la Francophonie était aussi une occasion pour le PM mauricien de rencontrer le Président français, François Hollande, en marge de sa visite dans l’Hexagone. Et à ce propos, la rencontre qui a suivi avec Manuel Valls, ministre de l’Intérieur français, a donné lieu à des discussions portant sur la sécurité. Le Ptr estime que la relation nouée avec Manuel Valls est importante à plus d’un titre, celui-ci occupant les mêmes responsabilités qu’un de ses prédécesseurs, en l’occurrence l’ancien Président français Nicolas Sarkozy.
Le président des rouge a survolé le relogement, avec succès, des marchands ambulants et salué la « capacité d’écoute du PM sur la question du PRB ». Faisant référence à la rencontre entre Navin Ramgoolam et les représentants des syndicats, mécontents après la publication du rapport, vendredi dernier, Patrick Assirvaden a insisté sur la portée humaine de la question. Et de rappeler que « le Ptr a toujours été à côté des revendications légitimes des travailleurs du pays. »
Commentant le refus de Pravind Jugnauth se présenter à l’ICAC, les deux animateurs de la conférence de presse des rouge estiment que celui-ci se contredit et insulte, par là-même, la commission. « C’est lui qui avait dit que l’ICAC ne l’avait pas écouté. Aujourd’hui, il veut choisir son timing. Est-ce que cela veut dire que Pravind Jugnauth choisira aussi le juge devant lequel il comparaîtra? », s’est demandé Patrick Assirvaden.
A la veille de la présentation du Budget, le Ptr a laissé comprendre que celui-ci encouragera le développement et le progrès de tous. « C’est un Budget qui gardera le cap sur la résilience économique. »  Et en marge de l’exercice budgétaire, les consultations entre le PM et le ministre des Finances sont systématiques.