Alors que les écoles reprennent aujourd’hui, certains collégiens n’ont pas en leur possession tous les manuels scolaires. La livraison de certains livres de classe importés avaient été retardée en raison de la fermeture du port pendant la période des fêtes. Par ailleurs, le stock des ouvrages produits localement, serait limité. Pour y remédier, les librairies procèdent à leur réimpression.
Cette année encore, des collégiens auront à reprendre les classes avec quelques manuels manquants. Le retard accusé dans la livraison des livres s’explique par la fermeture du port le 17 décembre ainsi qu’à la veille de Noël et du Nouvel an. De plus, plusieurs établissements n’avaient soumis leur liste de livres aux librairies qu’à la première semaine de décembre.
Parmi les titres qui n’étaient toujours pas disponibles à la première semaine de janvier : Conceptional Mathematics (Form III) et des ouvrages de langues orientales (Form III).
Cependant, malgré l’arrivage des livres importés, certains titres ne sont pas encore disponibles dans les librairies, à l’instar du manuel anglais couramment utilisé dans presque tous les établissements, Further English Clarks I.
Par ailleurs, en fin de la semaine dernière, le manuel Couronne était disponible, mais en quantité limitée, les librairies ayant du mal à satisfaire la grande demande des parents pour ce titre. Il en va de même pour d’autres manuels produits localement, notamment les livres du Mauritius Institute of Education. « Plusieurs élèves n’ont pas eu ces livres. Nous les réimprimons actuellement afin de satisfaire la demande au plus vite », affirme un responsable de la librairie des Éditions Le Printemps.
Devant cette situation, les responsables de librairies sont d’avis que les écoles et le ministère de l’Éducation devraient faire parvenir leur liste de livres en avance. Par ailleurs, soulignent-ils, « puisque chaque année, nous rencontrons les mêmes problèmes, la fermeture du port durant ces jours de fêtes devrait être revue. » Le prix des livres importés disent-ils, a connu cette année encore une hausse de 3 à 5 %.