Vingt-trois semaines depuis le début du démantèlement par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) d’un des plus importants réseaux de trafiquants de drogue, l’enquête policière aborde ces jours son ultime étape. Des recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que les dossiers d’au moins sept des onze suspects de la bande à Gros Dereck et impliqués directement dans l’importation et la distribution d’héroïne devront être soumis au Director of Public Prosecution’s Office dès la rentrée de 2013 en vue d’un Early Trial. Par contre, avec tout le volet de l’enquête axé sur des délits de Money Laundering confié à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), le clan Balkissur, l’homme d’affaires de Quatre-Bornes aux 142 voitures, se retrouve sous haute surveillance. Dharamdeo Balkissur, alias Sujeet, était attendu au QG de l’ICAC aujourd’hui pour compléter ses explications sur les « sources of funds » avec ses engagements dans le projet de night club The White House à Cascavelle comme étant extrêmement compromettants.
Les derniers développements intervenus dans l’enquête de l’ICAC semblent confirmer un rôle de premier plan pour la bande à Balkissur dans les opérations de blanchiment de fonds du réseau de Gros Dereck. Partant des éléments d’enquête établis par l’ADSU au sujet de l’axe Gros Dereck/Sujeet Balkissur dans le projet de night club à Cascavelle, l’ICAC tente de remonter tous les liens éventuels. Au fil des informations recueillies sur le terrain, les limiers de l’ICAC sont sur la piste d’une importante cargaison d’équipements de sonorisation et de décoration du night club commandés au nom de l’homme d’affaires de Quatre-Bornes.
Les informations disponibles indiquent que ces équipements sont emmagasinés chez une des proches parentes de Sujeet Balkissur dans une des régions les plus huppées de Quatre-Bornes. Du côté de l’ADSU, l’on évite de commenter publiquement cette affaire tout en ne niant pas l’information. « Dans le cadre d’une concertation globale entre différentes agences de lutte contre la criminalité, surtout le crime à col blanc, un plan de travail a été établi. Toutes les questions relevant du délit de blanchiment de fonds relèvent de l’ICAC. Nous avons déjà communiqué tous les renseignements et preuves en notre possession », affirme-t-on du côté des Casernes centrales.
Énigme
De son côté, l’ICAC, qui poursuit l’interrogatoire de Sujeet Balkissur sous les dispositions de la Prevention of Corruption Act, pourrait confronter le suspect avec ces derniers éléments susceptibles de le compromettre dans le réseau de Gros Dereck avec des placements majeurs dans des projets de loisirs et de détente. Les proches de Sujeet Balkissur seront également appelés à fournir des renseignements sur la provenance de ce stock d’équipements hors de l’ordinaire. Force est de constater que depuis l’éclatement du scandale Gros Dereck, les travaux d’aménagement de The White House à Cascavelle ont été stoppés nets alors qu’en principe, le night club aurait dû être opérationnel en cette période de fin d’année.
Un autre proche de Sujeet Balkissur fait actuellement l’objet d’un Attachment Order obtenu par l’ICAC auprès du juge Bhakaurally depuis le 12 décembre dernier. Cet ordre de la Cour suprême porte sur une voiture de la marque Mitsubishi Lancer immatriculée 1302 FB 08. Le dénommé Bhardwaj Balkissur, cité dans l’Attachment Order, a été sommé de fournir à l’ICAC tous les renseignements au sujet des fonds utilisés pour l’achat de cette voiture. Il lui est également interdit de faire transférer la propriété de cette voiture ou encore de la vendre sans autorisation de la Cour suprême.
Depuis le début de l’enquête de l’ADSU avec la première saisie de sept kilos d’héroïne dans un bungalow de Pereybère le 12 juillet dernier, la Mitsubishi Lancer 1302 FB 08 constitue une véritable énigme. Selon la version des faits d’Ashish Dayal, cette voiture avait été achetée par Gros Dereck auprès de Sujeet Balkissur pour être confiée à Bruno Westley Casimir, le Skipper de L’Ange rapide, embarcation utilisée pour aller récupérer les colis de drogue en mer.
Or, jusqu’ici, tous les efforts des limiers de l’ADSU pour récupérer cette voiture à des fins d’enquête ont été vains. Les enquêteurs soupçonnent que la plaque minéralogique et autres numéros d’identification sur le châssis de cette voiture utilisée par Bruno Westley Casimir auraient été trafiqués de manière professionnelle pour éviter toute identification. Les explications de Bhardwaj Balkissur, dont le nom figure sur les papiers officiels pour l’acquisition de cette voiture, sont attendues avec impatience à l’ICAC en vue d’établir de manière formelle la connexion entre Rudolf Dereck Jean-Jacques et Sujeet Balkissur.
Immunité
D’autre part, les limiers de l’ADSU de Plaine-Verte menés par l’inspecteur Asaad Rujub sous la supervision du Deputy Commissioner of Police Vinod Appadoo mettent actuellement la dernière main aux inculpations à être recommandées au DPP contre sept des onze suspects incriminés dans le trafic de drogue. Les dossiers devront être soumis formellement par l’ADSU au DPP au tout début de l’année prochaine en vue de favoriser un Early Trial devant les Assises au cours de l’année prochaine.
Le principal intérêt de la prochaine étape concerne la décision du DPP par rapport au chauffeur de taxi Ashish Dayal, dont les révélations à l’ADSU de Plaine-Verte ont mis hors d’état de nuire le réseau de Gros Dereck opérant sur l’axe Madagascar/Maurice pendant des années déjà. Tout semble indiquer que ce chauffeur de taxi marron pourrait bénéficier d’immunité contre des poursuites pour son témoignage à charge dans les procès à venir. C’est ce que souhaitent ses conseils légaux, Me Hervé Lassémillante et Samad Goolamaully.
Un autre suspect, Hayeshan Maudarbacus, aussi connu sous le nom de Long Laskar, peut prétendre à la clémence du DPP avec des « Reduced Formal Charges » probablement logées par ce dernier au moment des décisions. Son homme de loi, Me Rama Valayden, a pu obtenir que Hayeshan Maudarbacus ne soit pas transféré à la prison de Beau-Bassin pour sa détention provisoire jusqu’ici. Ashish Dayal a également bénéficié du même traitement avec une protection spéciale de la police.
Cinq autres prévenus, Rudolf Dereck Jean-Jacques, Bruno Westley Casimir, l’Imam Moosa Beeharry, Jean Jimmy Alexis et Louis Jimmy Marthe, alias Jimmy Colosso, devront néanmoins être poursuivis pour des délits de trafic de drogue l’année prochaine.