Standard Bank Mauritius a consacré un montant de Rs 6 millions cette année au financement des activités sous le programme Corporate and Social Responsibility (CSR). Ces activités concernent les secteurs de l’éducation, de la santé et de l’environnement.
Dans le secteur de l’éducation, les projets financés sont : a) l’extension et l’amélioration du Centre pour l’Éducation et le Progrès des Enfants Handicapés (CEPEH) à Argy ; ce centre s’occupe de la formation des enfants souffrant d’un handicap mental ; b) l’octroi de 20 bourses additionnelles pour des études à l’Université de Maurice, portant ainsi le nombre de bénéficiaires à 30 ; c) divers projets de l’école St. Jacques à Chamarel dont le don de chaussures et de survêtements sportifs, d’organisateurs, de mobiliers et d’aliments.
Pour ce qui est de la santé, les actions sociales de la Standard Bank concernent : le centre Chrysalide à Bambous pour la réhabilitation des femmes souffrant d’abus de drogue ; b) le Mouvement d’Aide à la Maternité en faveur des femmes enceintes abandonnées ; c) le parrainage des activités de Link-to-Life et de T1 Diams (lutte contre le cancer et le diabète).
S’agissant des activités CSR dans le domaine de l’environnement, la banque continuera d’accorder son soutien au Mauritius Wildlife Fund et se propose de financer un projet de restauration de la réserve naturelle de Grande Montagne à Rodrigues ainsi que l’Echo Parakeet conservation project à Maurice. Notons, par ailleurs, qu’après les inondations de mars 2013, la banque est venue en aide aux victimes en faisant un don à Caritas, en donnant une allocation mensuelle à une femme dont l’époux est décédé lors de cette catastrophe naturelle et a remis un don à l’une des victimes de Canal Dayot pour le remplacement de son équipement de travail.
Annonçant les interventions de la banque sous le programme CSR, Lakshman Bheenick, Chief Executive de Standard Bank Mauritius, a déclaré que le bien-être de la population des pays où opère la banque fait partie intégrante de sa politique. Pour sa part, Robin Veerapen, vice-président du comité CSR, a souligné que l’éducation, la santé et l’environnement sont trois secteurs clés où la banque peut apporter une contribution effective au développement communautaire.