Sans aucun doute la déception était sur le visage de presque tout le monde lorsque la première réunion du Conseil International des Jeux (CIJ) avait pris fin mardi dernier au Village Corail à St-Paul. Même si le sujet reste taboo, il n’en demeure pas moins vrai que les pronostics allaient bon train dans les discussions hors réunion. Surtout qu’avant la clôture de la séance, les membres du CIJ ont été appelés à s’engager sur les 24 disciplines en lice et les deux groupes pour les autrement capables. Selon un recoupement d’informations que Week-End a effectué avec les membres du CIJ, il revient que les 16 disciplines qui seront dans le programme des 9es JIOI sont connues. Mais certainement l’information est à prendre au conditionnel, car ce n’est qu’au début du mois d’avril 2013 (7 au 9) que la confirmation de cette information est attendue.
Un train d’avance
Si on se fie à la Charte des Jeux, le CIJ peut prendre toute décision liée à l’organisation ou à la Charte 18 mois avant la date des Jeux. Après une première présentation en avril 2011 aux Seychelles, tous s’accordaient à dire que le CROS (Comité Regional Olympique et Sportifs) de La Réunion allait prendre un train, voir même deux trains d’avance dans le cadre de la préparation des 9es Jeux. L’île soeur, qui dispose déjà des infrastructures nécessaires et les moyens financiers pour la mise en oeuvre de ses 3es Jeux depuis 1979, pourrait annoncer les couleurs bien plus que 18 mois avant les Jeux.  A priori, rien ne se dresse comme un obstacle majeur sur le chemin du CROS pour, au minimum, éliminer les disciplines qui  sont définitivement OUT. Car Patrick Legros (vice-président du CROS), qui est préssenti pour occuper le poste de président du COJI Réunion, avait presque dévoilé les ambitions de son île sur cette question lors de sa présentation de lundi dernier.
Mais comme au sein du mouvement olympique rien n’est fait au hasard, le CROS de La Réunion n’y échappe pas. L’imminence des élections du renouvèlement au sein de cette instance a fait que le CROS de Jean-François Beaulieu a quasiment refusé de se prononcer sur le choix des disciplines. Ni laisser transparaître les possibilités qui existent sur le programme des 9es Jeux. L’insistance de Vivian Gungaram, le secrétaire général du Comité Olympique Mauricien, n’a pas permis à La Réunion de bouger d’un iota. Pour sa part, le secrétaire général du CIJ, qui est aussi président du CROS, Jean-François Beaulieu ne s’est pas ménagé et a beaucoup insisté  à une question de Week-End, à la fin de la réunion, que le choix des disciplines n’a jamais été à l’agenda de cette première rencontre des membres du CIJ depuis Seychelles.
Soit, mais pourquoi cette volonté de conserver le secret absolu autour de ce choix, à tel point que La Réunion a même demandé que cette question,  soit les disciplines, soit biffée du traditionnel communiqué du CIJ à la fin de la réunion? La question est certes posée, mais Week-End est néamoins en mesure de vous indiquer  comment s’est fait le choix des membres du CIJ sur les disciplines pour les 9es Jeux. Le CIJ est composé de 7 pays, à savoir Maurice, Réunion, Madagascar, Seychelles, Comores, Maldives et Mayotte. Chaque pays a été appelé à s’engager à titre indicatif sur une liste de 24 disciplines et deux pour les sports adaptés tant chez les hommes que chez les dames. A compter de ce vote, il est clair que six disciplines, dont 4 sports collectifs, se retrouvent dans le panier des quasi-certitudes. Il s’agit de deux disciplines obligatoire selon la Charte du CIJ (l’athlétisme et  le football), puis on retrouve le basketball,  le handball, le tennis de table et le volley-ball.
4 voix pour le triathlon
Avec 6 voix, on retrouve le judo, la natation (3e discipline obligatoire), le tae kwon do, le tennis, le cyclisme, le badmonton, la boxe, le karaté, la pétanque, le Rugby à 7 et l’haltérophilie. La lutte, le triathlon et la voile n’ont obtenu que 4 voix. Il va sans dire que le choix des disciplines à être sur le programme des 9es Jeux se décidera sur cette liste de 17 disciplines. Reste que La Réunion ne sera pas en mesure d’organiser les 9es JIOI avec autant de disciplines, pour deux raisons: primo avec 2200 places disponibles pour l’hébergement des athlètes dans deux Villages des Jeux (CROUS et Corail), il n’y a pas de place pour une 5e discipline collective en raison du nombre d’athlètes qui seront engagés. Secundo: le besoin — comme tous les pays organisateurs du reste — de gagner leurs Jeux.
Dans ces conditions, le Rugby à 7 est automatiquement éliminé de cette liste, alors que pour gagner les 9es JIOI, La Réunion a besoin de gagner des médailles d’or. Ce qui veut dire un maximum du précieux métal, et pour y parvenir, il faut passer par une discipline où La Réunion est dominatrice. C’est avec cette formule qu’au sein du CIJ, on ne donne pas cher der la peau de l’haltérophilie, qui est une discipline dominée outrageusement par les Seychelles, qui a gagné plus de 30 médailles d’or en 2011. Et comme La Réunion n’excelle pas dans le domaine des leveurs de fonte, la rumeur veut faire croire que c’est la voile qui conserve toutes ses chances en dépit de ses 4 voix. Du reste, la question de logement des barreurs et des véliplanchistes au Village Corail — à quelque mètres du plan d’eau de St-Gilles —  a été évoquée. On parle même de deal au sein du CIJ sur cette question. Néanmoins,le triathlon, qui se retrouve dans la même position que la voile,   n’a pas les faveurs du CIJ.
La guerre des disciplines, même si elle est engagée, risque de ne se résumer qu’à la défense du soldat haltérophilie. Et ce combat, il est fort probable que les Seychelles ne le mènent toutes seules.