La 3e édition des “Rencontres Réunion-Maurice”, qui s’est déroulée jeudi et vendredi derniers à l’Île Soeur, a connu un gros succès, indique-t-on dans les milieux des organisateurs, le Club Export Réunion. Environ 250 entreprises réunionnaises et une soixantaine de représentants d’entreprises mauriciennes ont participé à ce rendez-vous, axé sur la coopération dans les domaines du développement durable et des biotechnologies. Des rencontres marquées par la création de partenariats entre institutions du privé et pourvoyeurs de services dans les domaines précités.
« La relation Maurice-Réunion est passée de la méfiance à la confiance, les Mauriciens n’ayant pas hésité à présenter leurs axes stratégiques de développement et leurs besoins aux entreprises réunionnaises », commente François Mandroux, premier vice-président du Club Export Réunion et commissaire des “Rencontres Réunion-Maurice”. François Mandroux fait ressortir, à travers un communiqué de presse, que l’objectif pour les parties intéressées « n’est pas d’aller prendre du business sur nos propres marchés, qui sont déjà des micromarchés, mais bien d’aller, ensemble, conquérir des marchés extérieurs à nos îles, comme en Afrique subsaharienne. »
La 3e édition, qui s’est déroulée à l’hôtel Mercure Créolia, a été marquée par deux conférences plénières et huit ateliers thématiques sur les enjeux du développement durable et les possibilités de coopération dans les biotechnologies, ainsi que les moyens de financement disponibles. Les participants ont également effectué une dizaine de visites sur des “sites vitrines”, dont un amphithéâtre bioclimatique à climatisation naturelle, une centrale thermique, une clinique des plantes, des installations de production aquaponique, un centre de tri/traitement/valorisation des déchets et une station d’épuration.
Il a été décidé de mettre en place un comité de suivi trimestriel et bilatéral restreint pour suivre de près l’exécution des projets et être en mesure de débloquer des situations susceptibles d’empêcher certains dossiers d’avancer. Autre décision : la création d’une cellule d’ingénierie financière pour maximiser les accès aux fonds européens, dont les montages changent et se complexifient. Par ailleurs, on annonce la création d’un portail d’informations sur ces fonds et sur les stratégies d’orientation de l’Europe.
Les organisateurs et participants prônent une approche triangulaire entre les secteurs privés de Maurice et de La Réunion ainsi que les “plateaux techniques” de l’Île Soeur pour créer des écosystèmes économiques pouvant déboucher sur des “clusters” Maurice-Réunion et la création de filières communes. En fonction des besoins détectés par les entreprises mauriciennes en Afrique, celles de La Réunion pourront développer, avec leurs plateformes technologiques, des réponses adaptées à ces besoins.
La 3e édition des “Rencontres Réunion-Maurice” a débouché « sur du concret », affirment les organisateurs, faisant notamment référence à la signature d’une convention de partenariat entre le Cyroi et le laboratoire mauricien Quantilab et au projet entre la Chambre d’agriculture de Maurice et le Cirad visant à développer à Maurice une “smart agriculture” pour réduire l’utilisation massive actuelle des pesticides. Un financement de la part de l’Agence française de développement est prévu.
« Nous avons vraiment passé une étape avec la crédibilisation des offres réunionnaises vérifiée sur le terrain et la légitimité totale du Club Export. Nous nous réjouissons de la capacité d’écoute du Club, qui a su prendre en compte les attentes des Mauriciens dans cette 3e édition », déclare Catherine Gris, Executive Development Officer de l’Association of Mauritian Manufacturers (AMM) et correspondante de l’ADIR. Elle fait ressortir qu’il y a eu, du côté des instances mauriciennes (JEC et MCCI, entre autres), un gros travail d’identification des besoins. « Nous allons concrètement vers la création d’une véritable plateforme Maurice-Réunion au niveau du privé, qui va gérer une stratégie opérationnelle afin que nos deux îles allient leurs complémentarités pour attaquer les marchés africains sur l’ensemble des thématiques du développement durable. »
La 4e édition des “Rencontres Maurice-Réunion” se dérouleront en 2015 à Maurice puis, alternativement, à La Réunion et à Maurice. La thématique centrale du développement durable sera conservée par les organisateurs.