Le Rajiv Gandhi Science Centre (RGSC) organise un « Science fun cycle ride » demain entre le terrain de foot de Melrose, à proximité de Montagne-Blanche, jusqu’au village de Sébastopol. L’objectif est de faire redécouvrir et de promouvoir ce mode de transport qui tend à disparaître et qui compte de nombreux avantages pour la famille que ce soit au niveau de la santé, des finances ou de la protection de la planète.
Dans une brochure diffusée par le RGSC à cette occasion, l’institution, dont la mission est d’amener la science auprès des plus jeunes et de la population dans son ensemble, explique qu’à travers le monde, les décideurs souhaitent consolider ce mode de transport qui ne présente que des avantages.
C’est dans cette optique que l’institution de Bell-Village a décidé d’organiser cette journée qui commencera à 9 heures avec l’enregistrement des participants à Melrose et prendra fin, selon le programme établi, à la mi-journée.
Les participants, composés de la population de la région, tous âges confondus, pédaleront 4 kilomètres pour rallier les deux points. Le départ sera donné à 10 heures à Melrose et les participants sont attendus à 10 h 45, à proximité du collège d’État de Sébastopol où un spectacle est prévu à leur arrivée.
Le RGSC s’attend à accueillir entre 500 et 1 000 personnes dont 200 participants à cette occasion. Il souhaite renouveler l’opération dans d’autres régions du pays.
Le centre souligne que c’est l’occasion de faire prendre conscience aux femmes et aux jeunes en particulier qu’il n’est pas difficile de pédaler sur une distance de 4 à 5 kilomètres et que cette activité est bénéfique pour la santé. La brochure indique que selon la British Heart Foundation, pédaler trois heures ou 30 kilomètres par semaine réduit de moitié les risques de maladies cardiaques ou d’infarctus.
Outre ses bienfaits pour la santé, le vélo émet moins de gaz à effet de serre, n’a pas besoin d’énergie fossile pour opérer et représente une économie non négligeable sur le budget de la famille. Le RGSC note que ce projet s’inscrit dans le cadre de la vision du gouvernement de faire de Maurice une île durable.