Jaylall Boojhawon, président de la Police Solidarity Officers Union, a pointé du doigt les « manquements » au sein de la force policière suite à l’agression présumée du caporal Chollun hier, dimanche 9 septembre.

« Le policier faisait son travail », a commenté Jaylall Boojhawon. « Les habitants de la localité se plaignent des rallyes ayant lieu à cet endroit. Nous dénonçons avec force les agissements de ces jeunes et surtout cette agression sur le policier ».

La Police Solidarity Officers Union réclame, de ce fait, « l’arrestation immédiate des agresseurs » dans cette affaire. Pour Jaylall Boojhawon, ce cas constitue « un cas de trop » vu que, dit-il, « les agressions sur les officiers de l’ordre ne cessent d’augmenter ».

Cette affaire, selon l’union, caractérise les divers problèmes au sein de la force policière. « La police travaille avec un petit effectif. De plus, les officiers ne sont pas armés comme il faut ». Au Commissaire de police Mario Nobin, l’union demande :

« Quand les policiers seront-ils équipés de matraques rétractables électriques ou de tasers paralyseurs ? ».

Jaylall Boojhawon lance également un appel à Maneesh Gobin, Attorney General et ministre de la Justice, afin qu’il « revoit » certaines lois concernant son portefeuille ministériel. Car selon lui, nos lois ne seraient « pas assez sévères », regrettant qu’il y a « trop d’amendes pour ceux qui (les) défient ».