Le ministère de la Santé a informé les responsables de l’Assemblée régionale à Rodrigues des protestations du syndicat des spécialistes de l’État, autour du changement de critères pour faire acte de candidature pour le poste du Directeur de la Santé dans l’île. Dans l’avis lancé, seuls les Community Physicians pouvaient postuler. Le ministère de la Santé affirme au syndicat qu’il a dit au Chief Executive de cette instance rodriguaise que le recrutement devrait être conforme aux « qualification requirements as laid down in the scheme of service for the post Health Director ». Les médecins protestataires sont satisfaits de cette prise de position, mais ne manquent pas de faire remarquer que c’est le ministère lui-même qui avait lancé l’appel à candidatures. Ce contentieux entre l’administration de la Santé et des médecins spécialistes est diversement commenté tant à Maurice qu’à Rodrigues.
Le titulaire au poste de Directeur de la Santé à Rodrigues est au même rang que les Regional Health Directors à Maurice. Dans les deux cas, les médecins tombant dans les catégories suivantes qui sont éligibles pour faire acte de candidature : les spécialistes dûment enregistrés auprès du Medical Council ainsi que les généralistes détenteurs d’un diplôme supérieur à celui de généraliste dans une discipline spécifique (Community Physicians, Emergency Physicians et Occupational Health Physicians) peuvent faire acte de candidature pour le poste de Regional Health Director. Or, le dernier appel à candidature lancé le 14 mai dernier par le ministère de la Santé pour trouver un prochain Directeur de la Santé à Rodrigues, s’est limité aux Community Physicians. D’où le mécontentement parmi les autres spécialistes, qui se voient écartés de la possibilité d’accéder à un tel poste.
Dès le lendemain, la Government Medical and Dental Officers Association, par l’entremise de son homme de loi, a fait part officiellement au ministère des protestations de ses membres en soulignant les règlements de la Public Service Commission. Le syndicat demande l’annulation de cet appel à candidatures et prévient les autorités de son intention d’avoir recours à une action légale et de porter plainte auprès de « competent authorities like the Independent Commission against Corruption » si le ministère ne lance pas un autre appel à candidatures « in line with the scheme of service for the post of regional health director ». La GMDOA est soutenue dans ses protestations par la Federation of Civil Service and Other Unions.
Dans sa réponse au syndicat des spécialistes, le ministère de la Santé affirme que l’appel à candidature, limité aux Community Physicians seulement, correspondait à une demande de l’Assemblée Régionale de Rodrigues. « The island Chief Executive, Rodrigues Regional Assembly requested this ministry to make necessary arrangements for the posting of a Community Physician to Rodrigues to be assigned the duties of health director upon advice of PSC pending restructuration and reorganisation of health sector in Rodrigues », écrit le ministère dans une lettre au syndicat le 2 juillet dernier. Le ministère ajoute qu’il a fait le nécessaire dans cette direction en invitant les Community Physicians souhaitant occuper ce poste à Rodrigues à faire acte de candidature. Le ministère précise aussi dans cette lettre qu’il a transmis à la Rodrigues Regional Assembly la lettre du conseiller légal du syndicat et que l’Island Chief Executive « has been informed that this ministry is of the view that we should proceed in accordance with qualification requirements as laid down in the scheme of service for the post Health Director ».
Mais les dirigeants syndicaux se disent étonnés de « cette découverte tardive » du ministère s’agissant des règlements en vigueur. « Est-ce que les cadres du ministère n’ont pas recherché l’avis du State Law Office avant de finaliser l’appel à candidatures ?? Pourquoi le ministère n’a-t-il pas, dès le départ, attiré l’attention de l’Assemblée régionale à Rodrigues sur les règlements de la PSC ?? » se demandent quelques médecins.
Au-delà de cette polémique sur un fait précis, certains observateurs à Rodrigues soulèvent une question fondamentale concernant l’administration de la Santé dans l’île. « La Commission Santé à Rodrigues ne devrait-elle pas avoir la possibilité de définir en toute liberté le profil du candidat qui serait le plus adapté au service de Santé publique dans l’île ?? » demandent-ils. En revanche, des médecins à Maurice estiment qu’il incombe au gouvernement central de décider, étant donné que Rodrigues fait partie de la République de Maurice. « Il ne peut y avoir deux lois pour un seul pays », arguent ces professionnels de la santé.