Photo illustration

Le patron de la CID de Rodrigues, Suryaduth Ruhomah, a été promu au rang de surintendant de police la semaine dernière. Il a fait le déplacement à Maurice pour recevoir sa promotion des mains du commissaire de police.

Dès son arrivée dans l’île en 2016, pour prendre en charge une trentaine d’hommes faisant partie de l’équipe de la CID de Rodrigues, il a immédiatement résolu une grosse affaire en démantelant un réseau de voleurs opérant à Port-Mathurin. Ses hommes et lui avaient monté une opération à 3 heures du matin pour arrêter le cerveau présumé de la bande, Karl Raffin. Le SP Ruhomah a également travaillé sur des cas de meurtre, des réseaux de prostitution, de braquage et le vagabondage à Rodrigues. Connu pour être très discret dans ses opérations, arborant toujours des lunettes de soleil et une casquette, le patron de la CID de Rodrigues a aussi d’autres qualités très humanitaires.

« C’est un homme sensible qui est au service des démunis. Son équipe et lui ont tissé une relation avec les handicapés du Centre Gonzague Pierre Louis, avec les résidents du “shelter” Marie Reine de la Croix à Baladirou, et des enfants de Cité Patate. C’est un homme qui aime le social et qui a le désir d’aider davantage des enfants dans le besoin », dit son entourage. D’ailleurs, cette équipe de police compte mener plusieurs projets d’ici la fin de l’année, dont la distribution de vêtements et de jouets aux démunis. Il est à souligner le SP Ruhomah s’est joint à la force policière en 1984 et a été promu sergent huit ans plus tard. En 1995, il a été affecté à la CID de Rodrigues.

C’est dans l’île qu’il est promu inspecteur et se fait remarquer en mettant de l’ordre dans des histoires de ventes de terrains privés où un homme de loi avait arnaqué des Rodriguais. Il est rentré à Maurice, où il a été affecté à la CID de Port-Louis Sud. Promu chef inspecteur en 2008, il a grimpé les échelons pour devenir assistant surintendant de police en 2014.

Le SP Ruhoma a travaillé sur des cas “high profile” à Maurice, notamment sur l’attentat de la rue Gorah Issac, commis par l’escadron de la mort. Il a participé à l’arrestation de Khadafi Oozeer et enquêté sur le cas du bookmaker Mio, des affaires de braquage et d’autres crimes atroces.