Les 13 suspects en détention policière pour le meurtre de Barthélemy Azie commis le 1er août 1999 à Montagne-Malgache, Rodrigues, ont été reconduits en cellule policière jusqu’à lundi prochain. Cette décision été prise par la magistrate Bhogun, siégeant au tribunal de Port-Mathurin, en début de semaine. Elle a également fait une demande pour que le Chief Investigating Officer, l’inspecteur Rajen Moorghen, fasse diligence à cette étape initiale de l’enquête policière. De son côté, Jenna Bégué, une des premières prévenues interpellées avec la réouverture de cette enquête, a rejeté les accusations portées contre elle. Elle était interrogée en ce début de semaine par l’escouade de l’inspecteur Moorghen.
Des proches des suspects appréhendés depuis le jour de Noël, qui s’étaient déplacés au tribunal de Port-Mathurin en vue de la libération sous caution des concernés en ce début de semaine, ont vite déchantés. Ils ont appris que la détention provisoire a été prolongée d’une semaine vu que l’interrogatoire de tous les complices n’a pas été complété.
Devant cet état de choses, la magistrate a exprimé le souhait que cette enquête soit bouclée dans un délai d’une semaine alors que l’inspecteur Moorghen faisait comprendre que l’exercice allait prendre au moins deux semaines supplémentaires. « I am giving you one week to complete the investigation », devait faire ressortir la magistrate.
Pour sa part, l’inspecteur Moorghen a fait état d’un problème de nature pratique. Selon les directives du commissaire de police, dans tous les cas de meurtres, les interrogatoires des suspects doivent être enregistrés sous caméras. Or, la police de Rodrigues ne dispose que d’une Interrogation Room dotée de ces équipements d’enregistrements. En principe, l’interrogatoire de chaque suspect s’échelonne sur une moyenne de trois à quatre jours.
Après les interrogatoires de Merge Jolicoeur et de Jean-Carl Casimir, aussi connu sous le nom de Richard, Jenna Bégué, présentée comme la compagne d’un des suspects, a été longuement entendue en début de semaine. Elle a rejeté en bloc les accusations à l’effet qu’elle aurait participé au meurtre de Barthélemy Azie à Montagne-Malgache le 1er août 1999, avec la dépouille de la victime jetée au fond d’une grotte à Caverne-Victoire.
Dans ses explications, Jenna Bégué concède qu’elle se trouvait en compagnie de Jean-Carl Casimir dans la journée du 1er août 1999 pour assister à des régates à Mourouck. Elle ajoute qu’elle était rentrée chez elle en compagnie du même Jean-Carl Casimir.
Lors d’une confrontation, Merge Jolicoeur devait rappeler à Jenna Bégué qu’elle avait aidé à transporter le cadavre de la victime dans un sac jusqu’à la grotte. « Ah bon ! Lekor-la mo tusel tui sarrie sa. Trappe ene boute sak appel sa konplisite », devait déclarer Merge Jolicoeur au visage de Jenna Bégué.
L’autre suspect à être interrogé est Jean-Marc Augustin, qui a déjà participé à une descente sur les lieux du crime à Montagne-Malgache. « Mi ti deplas lekor-la ek mo ti mette li inpe plis lor bord sime », aurait déclaré en substance ce suspect lors de ce précédent exercice policier. Depuis son arrestation, le dénommé Augustin souffre d’hallucinations et est placé sous calmant.
Subséquemment, ce sera au tour du suspect Jean-Daniel Gaspard d’être interrogé cette semaine par les policiers du poste de Grande-Montagne, menés par l’inspecteur Moorghen. De son côté, depuis qu’il est passé aux aveux sur le déroulement de l’agression mortelle de Barthélemy Azie, Merge Jolicoeur affirme se sentir « soulagé », d’autant plus que, depuis le 1er août 1999, il avait reçu des menaces de Dada Missié, le commanditaire de cette agression mortelle. « Zordi mo santi mwa soulage. Mo fine sarrie sa fardo-la pendant 14 bananes. Mo pa fin dir personne parski mo fine gagn menas avec Dada Missié », a-t-il fait comprendre en marge de son interrogatoire. Le dénommé Dada Missié ne pourra être inquiété par la police parce qu’il est récemment décédé. L’enquête se poursuit.