Véritable drame pour la communauté de piqueurs d’ourites du village de Rivière-Coco, Rodrigues, et pour les membres de la famille Philippe de cette même région. Étienne Philippe, âgé de 55 ans, père de deux enfants, Cemetery Attendant à Rivière-Coco et qui entretenait une véritable passion pour la pêche, est mort noyé lors d’une sortie en mer dans la matinée de jeudi. Partie tôt jeudi matin en compagnie de son partenaire de pêche, James Spéville, 31 ans, et qui est également le frère du commissaire à l’Agriculture, Richard Payendee, la victime s’est retrouvée en difficultés alors qu’elle avait effectué des plongées pour “piquer des ourites”. Les recherches effectuées jeudi après-midi lors de l’alerte devaient être vaines mais vendredi, à la reprise des opérations en mer, le corps d’Étienne Philippe fut retrouvé flottant au large de La Passe Carangues.
Le principal témoin du drame et la veuve Marie-Lise Ravina, encore sous l’effet du choc, sont inconsolables devant le vide laissé par la disparition d’Étienne Philippe, aussi connu sous le nom de Tayomme. La veuve se rappelle de manière vivante de ce départ pour cette fatidique sortie en mer. “Tayomme s’était réveillé très tôt et m’avait demandé de lui préparer son pain et son jus pour qu’il aille à la pêche. Li ti paret enn tipé azité. Il m’avait demandé de l’accompagner jusqu’à la côte. Li ti dir mwa amenn bagaz parski li ti pé amenn gal bato”, raconte-t-elle à Week-End.
Les deux compagnons de pêche avaient pris place dans l’embarcation appelée Saint-Michel vers 9h30. La mer agitée n’était pas pour décourager ces habitués de ce genre de sorties. Toutefois, le véritable choc allait être ressenti vers 15h30 quand James Agathe était venu à la rencontre de Marie-Lise Ravina pour lui annoncer la triste nouvelle de la disparition de Tayomme.
“Matante Lise pa bizin ankoler. Saki ine arrivé ine arrivé. Pa pou kapav fer nanyen”, devait avouer James Agathe alors que Philippe Etienne avait déjà disparu en mer depuis la matinée. En principe, Tayomme devait rester à bord de l’embarcation alors que son compagnon se trouvait dans l’eau pour ramasser des ourites. Mais quand James Agathe était retourné à l’embarcation, il n’y avait nulle trace de Tayomme.
“Quand je me suis approché de l’embarcation, je n’ai pas vu Tayomme. Par contre, ses vêtements s’y trouvaient de même que ses bottes et ses savattes. Le nouveau masque qu’il avait en sa possession n’y était pas. Pourtant, quand nous avions mis la voile pour cette sortie, je lui avais demandé s’il savait utiliser ce masque. Il m’avait répondu par l’affirmative”, ajoute James Agathe, encore intrigué car c’était la première fois qu’il côtoyait Tayomme avec un masque de plongée.
Une des raisons de la présence de cet équipement était que Tayomme voulait ramasser un aussi grand nombre d’ourites que son compagnon et cela lui a été fatal. “Son épouse m’a ensuite confirmé que Tayomme avait dissimulé le masque dans ses affaires. Li fine kasyet li ek kan nou ti aric lor baz lerla mo finn trouv masque-là”, poursuit James Agathe dans le récit de ce drame.
Sur la base des indications fournies par le compagnion de pêche, des éléments de la NCG ont repris les recherches vendredi matin et très vite la situation a évolué. “Kouma nou finn ariv lor baz mo trouv enn zafer rouz pé flotté loin… Mo finn tremblé ek bann coastguard finn tir lékor dans lamer et finn mett li dan bato”, ajoute-t-il.
L’autopsie pratiquée par le médecin légiste a attribué le décès à la noyade. Les funérailles se sont déroulées en la petite chapelle de Rivière-Coco hier après-midi.