Les Sud-Africains de Vodacom Bulls ont remporté, dimanche, au terme de la finale, leur premier titre dans le Rugby World Club 10s aux dépens de leurs compatriotes, les Toyota Cheetas, sur le score de 26-7, au stade Anjalay. En demi-finale, ils sont venus à bout des Australiens de Western Force, alors tenants du titre,.
On savait que le niveau de la compétition serait plus relevé cette année. On en a d’ailleurs eu la preuve avec la percée des Africa Pacific Dragons dans le dernier carré. Mais peu auraient pu prédire le succès final des Sud-Africains contre leurs compatriotes, d’autant que Kane Kotekka, le capitaine de Western Force, a souligné que son objectif était de remporter à nouveau le trophée.
Sauf que les Australiens, sans être favoris, ont réalisé un bon parcours jusqu’en demi, où ils ont dû s’avouer vaincus contre les Bulls. Et contre une équipe qui découvrait la compétition, ils n’ont pas fait long feu, s’inclinant 33-14. Dans l’autre demi-finale, les Toyato Cheetas ont souffert avant de s’imposer 17-14 contre les Africa Pacific Dragons, qui se sont renforcés en vue de l’échéance.
La finale opposerait donc deux formations venues d’Afrique du Sud. Les Bulls, triples vainqueurs du Super Rugby dans leur pays, n’ont pas eu à s’employer, prenant rapidement l’avantage sur leur adversaire pour finalement s’imposer 26-7. À l’issue de la rencontre, Boom Prinsloo, capitaine des Bulls et ancien des Cheetas, n’a pas caché sa joie. « Je suis fier de mon équipe, d’autant que ce n’était pas un tournoi facile », explique-t-il. Il est le premier à reconnaître que l’adversité ne leur a pas fait de cadeaux. « Les adversaires ont été tenaces et compétitifs. Le rugby à 10 est plus rapide et demande une meilleure concentration », avoue-t-il.
Par ailleurs, il reconnaît que l’expérience sera utile pour la suite. « Cela nous a permis de vivre une expérience enrichissante en nous mesurant à des formations évoluant dans le tournoi à 10. Nous étions motivés et voulions aller jusqu’au bout pour décrocher le titre et espérons revenir l’année prochaine pour le défendre », a encore souligné Boom Prinsloo.
Derrière les deux finalistes on retrouve ainsi les Africa Pacific Dragons, vainqueurs de Western Force (17-10). Les Tsunami Pyrénées et les Plus 500 Brumbies occupent respectivement les cinquième et sixième places. Les Kubota Spears occupent le septième rang, alors que les Anglais des Harlequins sont bons derniers.