Que « justice soit faite » et que « l’honneur de la présidente » lui soit rendu. C’est sur ces notes que Salim Muthy activiste et d’autres travailleurs sociaux se sont exprimés hier jeudi 15 mars à l’hôtel St George lors d’un comité de soutien réunis en signe de solidarité avec la Présidente, Ameenah Gurib-Fakim.

Salim Mutty se dit persuadé que beaucoup d’autres membres du gouvernement ont bénéficié des diverses faveurs dans l’affaire de Planet Earth. Il a d’ailleurs souligné qu’il a aussi reçu des offres pour annuler cette conférence de presse aujourd’hui. « li pa illegale. li simplement enn zafaire ethique, mais line justifier li et line rembourse. Laisse zot amenn destitution. Enn gouvernement ki pa pe travail, zot pe tir fraude et corruption entre zot meme. Se enn la honte surtout pou nu secteur financier. Kouma sa secret bancaire la finn arrive lor lexpress? kot confidentialite? kot lenquete lor Banclays ? nu decision finn, pran nu p soutenir li  » a déclaré ce dernier.

Ils se disent exaspérés par cette instabilité politique persistante, ce lynchage vis-à-vis de la présidente, et la prise de position des membres de l’opposition et autres personnalités dans cette affaire. Il demande à la présidente de tenir ferme et de ne pas démissionner sous la pression. « li pann fer fraude, li pann fer corruption, li pann fer vol, nu la pou soutenir, ena kinn fer pli pire ki li dan sa gouvernement la encor lamem, bann politiciens pe dir zis ceki zot envi, nu dir li pa demissioner. » a-t-il declaré

« Enn madame sa standard la pa cav met chemiz rs 200 ek zanon fantaisie pou ale reprezant nu pays a l’international, linn servi enn carte pou aste bijoux, pe pile lor li coumsa? kifer apres un an et demi ki zordi p coz sa? «  a tenu à faire ressortir un autre travailleur social présent.

Salim Mutty souhaite que le parlement soit dissous dans le plus bref délai, et qu’une révision de notre système électoral et constitutionnel soit mise sur pied. Il a aussi tenu à faire ressortir que plusieurs rassemblements ainsi qu’une opération « chiens de garde » sont prévus pour soutenir la présidente.