« Une commission d’enquête a déjà été instituée en 2006. Six ans après, le sort des victimes de la Sale By Levy est toujours le même », a commenté Salim Muthy hier lors d’un point de presse à Port-Louis au sujet de la création d’une nouvelle commission annoncée par le Premier ministre Navin Ramgoolam. Pour le porte-parole du Mouvement Victimes Sale By Levy (MVSL), la commission n’a pas donné les résultats attendus à cause du refus du gouvernement de discuter avec les parties concernées et de l’absence de monitoring du travail.
Le porte-parole du MVSL a fait un rappel du combat des victimes de la Sale By Levy depuis 2002. Salim Muthy n’a pas manqué de souligner que ces personnes sont toujours dans l’attente de trouver une solution à leurs problèmes. S’il salue l’initiative du Premier ministre Navin Ramgoolam, il soutient que le mouvement ne restera pas les bras croisés en attendant que la nouvelle commission fasse son travail. « Sa fwa-la nou aksyon pou diferan, dan le pase nou finn atan ek nou finn trouve kot sa inn amenn nou. »
Le MVSL demande une rencontre officielle avec le Premier ministre pour faire part de ses suggestions. Il réclame aussi qu’une personne indépendante soit nommée à la tête de la commission d’enquête. « Nou finn trouve dan le pase kuma bann nomine politik inn fer ar nou », dit Salim Muthy.
Le porte-parole du MVSL a lancé un appel pour l’abolition du poste de Commissioner for the Protection of Borrowers et la création du poste de Financial Ombudsperson. « Nous sommes prêts à apporter notre soutien et coopération mais le Premier ministre doit nous écouter », a-t-il déclaré.
Salim Muthy a par ailleurs souligné que « beaucoup d’erreurs ont été commises auparavant ». « Si Navin Ramgoolam décide de procéder comme la première fois, personne n’ira déposer à la commission d’enquête », a-t-il prévenu. « Nous voulons travailler ensemble dans l’intérêt de toutes les victimes ! »
Le porte-parole du MVSL demande au ministre du Logement et des Terres Abu Kasenally d’ordonner aux institutions concernées d’arrêter l’exercice de Sale By Levy en attendant que la nouvelle commission d’enquête termine sa mission. « L’ex-ministre Asraf Dulull l’a fait, alors le ministre Kasenally le peut également afin d’éviter davantage d’injustice envers les victimes », affirme Salim Muthy. Et d’ajouter : « Plusieurs personnes ont déjà reçu la lettre les informant de quitter leur maison. Met dimoun deor apre empower zot… »
Concernant une commission d’enquête sur l’acquisition des terres par prescription, Salim Muthy déplore que le rapport de la Commission Justice et Vérité n’ait pas été adopté, et ce en dépit du travail accompli. « CJV inn depans otan larzan, me ziska zordi nanyen pa finn fer. Kifer gouvernman pa met an pratik sa rapor-la dan plas al fer lot komisyon », s’insurge-t-il.