Montagne Blanche RCA se trouve dans le petit village de Sans-Souci, dans la région Est. Cette école a récemment ajouté une nouvelle aile à son bâtiment principal, en attendant la restauration de la toiture.
C’est avec une grande gentillesse que Mazy Giroux, la maîtresse d’école, nous accueille dans son petit monde. « Notre complexe scolaire se compose de deux bâtiments distincts, dont un qui est ancien. La nouvelle aile a été construite dans le but essentiel de loger les classes d’hindi, de marathi et de kreol puisque dans le passé ces sujets étaient enseignés dans une salle qui est d’ordinaire occupée par les plantons. Il fallait mettre fin à cette situation et c’est maintenant chose faite. » Le nouveau bâtiment comprend quatre salles de classe, une salle polyvalente — qui à la longue sera transformée en médiathèque — et une salle à toiture ouverte pour les activités culturelles. Cette nouvelle aile, qui représente un gros investissement financier du Bureau de l’Éducation catholique (BEC), a été inaugurée au mois de mars en présence de Gilberte Chung, directrice du BEC, Georgette Favory, Hedley Hippolyte et du père Steves Babooram.
Cette nouvelle aile constitue une belle revanche pour cette petite école de 150 élèves, qui a frôlé la fermeture en 2003. Après le déménagement d’un grand nombre d’habitants de Sans-Souci, suite au mot d’ordre de la propriété sucrière, pour se reloger à la Cité St-Joseph nouvellement créée, les demandes d’admission se faisaient rares. Au fil du temps, tout est finalement rentré dans l’ordre et la petite école peut se satisfaire d’un taux de réussite de 86 % aux derniers examens du CPE. Les enfants fréquentant cette école, issus de familles de condition modeste, habitent Cité St-Joseph, Montagne-Blanche ou à Melrose. Seule une poignée d’élèves viennent de Sans-Souci.
Montagne-Blanche RCA a été fondée en 1933 sur un terrain légué par Sans-Souci Bel-Étang Sugar Estate. Au départ, l’école était sous la responsabilité de deux religieuses et, en 1952, Mme Bellepeau a été la première directrice laïque. En 1996, l’école a été complètement rénovée avec l’aide de ce grand bienfaiteur que fut le père Henri Souchon. « Le corps principal de notre école est toujours logé dans notre bâtiment principal, dont la toiture est dans un état qui requiert une restauration dans un délai raisonnable », fait ressortir Mazy Giroux.
Le projet de construction de la nouvelle aile a été initié en 2012 et, à cette époque, la toiture du bâtiment principal ne laissait pas présager qu’elle se retrouverait dans un mauvais état. Notre interlocutrice nous informe que son école a soumis un dossier solide à un concours. Elle espère que Dame Chance sourira à son école, l’un des prix pouvant contribuer au remplacement de cette toiture abîmée. Sinon, il lui faudra avoir recours à une collecte de fonds.