Le ministère de la Santé a élaboré un Health Education Framework (HEF), programme destiné à fournir des informations sur la santé à toutes les sections de la population, avec le concours de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’objectif est de prévenir et de contrôler les maladies non transmissibles et infectieuses.
« Beaucoup de personnes ne comprennent pas des informations de base sur la santé et ne peuvent pas faire des choix pour améliorer leur santé et réduire les facteurs de risques. Et c’est un fait que les professionnels de santé (médecins, infirmiers, Health Care Workers n’ont pas les skills pour expliquer clairement aux patients et au public des issues sur le santé », a constaté le ministre de la Santé Lormus Bundhoo lors d’une rencontre au Domaine Les Pailles le 9 mai avec les stakeholders qui sont partie prenante à ce programme. Le ministère de la Santé a obtenu la coopération de deux experts de l’OMS, le Pr. Marylyn Wise de l’université de New South Wales, Australie, présente lors du brainstorming au Domaine Les Pailles, et le Pr. Nutbeam, consultant en stratégies de communication auprès du grand public.
Le HLF tiendra compte de la pluri-ethnicité du pays et reposera sur une approche multisectorielle, a indiqué le ministre de la Santé. « Le but est de responsabiliser les gens pour qu’ils puissent prendre leur santé en main en changeant de comportements », a expliqué M. Bundhoo. Pour atteindre cet objectif, les autorités de la Santé ne veulent plus se contenter de posters, de messages et d’événements de campagne. « Nous devons élaborer des stratégies de communication. Nous savons que les changements ne se produiront pas en une nuit. Malgré des campagnes agressives sur les maladies non transmissibles, comme le diabète, les progrès ont été lents », note le ministre de la Santé. « Même si des retombées du HLF ne seront visibles que dans dix à vingt ans, nous devons laisser à nos enfants cet héritage pour qu’ils sachent réduire les facteurs de risques aux maladies liées au vieillissement », a soutenu M. Bundhoo.