Six mois après la promesse faite par le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo quant au recrutement d’un batch de nouveaux diplômés pour effectuer leur internat dans nos hôpitaux, quelque 200 étudiants attendent toujours, certains depuis un an et demi. Las de cette situation – outre d’être dans le flou, d’aucuns se voient menacés de problèmes financiers, ayant contracté des prêts bancaires pour leurs études –, les nouveaux diplômés sollicitent pour la énième fois le ministère de la Santé. Lequel souligne que les concernés n’auront plus de souci à se faire et qu’un batch de 150 diplômés recevront leur lettre cette semaine pour démarrer leur internat début juin. Une nouvelle qui réjouit les étudiants qui espèrent qu’il ne s’agit pas, une fois de plus, d’un effet d’annonce.
« Depuis 2012, sak fwa ki minis cozé, li dir pou recruté, pé recruté, lot mwa pou pran internes, etc. Un an apré, nou encore pe attan », dit un étudiant, revenu d’Ukraine depuis l’année dernière, diplôme de médecine en poche. Comme lui, ils sont quelque 200 diplômés à attendre le ministère de la Santé pour pouvoir démarrer leur internat. Certains, après plus d’un an d’attente, ont préféré entreprendre des études de Post graduate à l’étranger. Mais la plupart, faute de moyens, attendent toujours leur tour d’intégrer le service hospitalier public pour leur internat. L’attente étant trop longue, quelques-uns ont, entre-temps, pris de l’emploi dans les centres d’appels ou en tant que dispenser dans des pharmacies. « Cette attente nous décourage beaucoup. Nos parents ont déboursé de grosses sommes d’argent pour qu’on puisse devenir médecin. Et aujourd’hui, le ministère de la Santé nous mène en bateau. Depuis un an, il dit que nous serons recrutés le mois prochain », déplorent les diplômés.
Au début mois de mai, le ministre de la Santé avait laissé entendre les contraintes de son ministère pour procéder au recrutement des internes, qui sont en grand nombre à attendre, expliquant que l’attente est longue afin d’éviter tout surplus de médecins dans nos hôpitaux. Il ajoutait que le recrutement des internes se faisait deux fois l’an, d’où la longue attente pour certains. Toutefois, il avait donné la garantie qu’à la fin de mai, son ministère aller procéder au recrutement d’un premier batch de 150 nouveaux médecins et qu’un deuxième recrutement devrait avoir lieu en septembre 2013.
À ce jour, ceux qui attendent disent n’avoir aucune indication du ministère. « Nous sommes à la fin du mois de mai et jusqu’ici, nous n’avons pas reçu de lettre ne serait-ce que pour le Induction day », disent les diplômés. Ceux qui ont contracté des prêts bancaires pour effectuer six années de médecine et dont l’échéance de la redevance arrive à terme à la fin de ce mois craignent que le ministère de la Santé ne fasse durer l’attente plusieurs mois encore. Contacté, le ministère de la Santé indique que les procédures ont déjà été finalisées pour le recrutement de 150 médecins début juin sous le Pre-Registration Training Scheme. Et de confirmer le démarrage de l’internat pour un premier batch. Un deuxième batch d’internes devrait être recruté d’ici septembre/octobre prochain, voire jusqu’à la fin de 2013, apprend-on.