L’hôpital SSRN sera doté d’une unité spécifique de traitement de l’hémophilie avant la fin de l’année. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé et de la Qualité de la Vie Lormus Bundhoo à l’occasion de l’ouverture d’un atelier de travail sur l’hémophilie lundi à Flying Dodo, Bagatelle.
L’atelier est organisé par l’Association mauricienne de l’Hémophilie et est présidé par le Professeur Alok Srivastava, du Christian Medical College de l’Inde.
Le ministre de la Santé a indiqué dans son allocution qu’il a constitué un comité sous la présidence du Dr Ramen, Acting Director Health Services, pour mener à bien le projet de l’aménagement des unités de traitement de l’hémophilie dans les cinq hôpitaux régionaux. « La première unité sera opérationnelle dans les semaines à venir », affirme Lormus Bundhoo.
Le ministre de la Santé dit s’attendre à ce que le projet dans son ensemble soit concrétisé d’ici mi-2015. Le nombre officiel de cas recensés, soit 65 patients souffrant de cette maladie à Maurice, ne refléterait pas la réalité, dit-il.
« Je pense qu’on devrait avoir plus d’une centaine de personnes atteintes d’hémophilie. Le comité sous la présidence du Dr Ramen a également pour tâche de retracer ceux qui ne figurent pas sur notre système. Nous voulons briser le tabou qui existe autour de certaines maladies et offrir le meilleur traitement possible et le soutien nécessaire à tous les patients ».
Le ministre de la Santé a également évoqué le progrès accompli dans ce domaine, dont l’introduction de nouveaux médicaments pour l’hémophile A et B. Il a aussi félicité l’Association mauricienne de l’Hémophilie pour le travail abattu, surtout au niveau de la sensibilisation. Lormus Bundhoo dit s’attendre à ce que la collaboration gouvernement/secteur privé/ONG se renforce davantage avec l’objectif d’avoir une nation saine.
L’atelier de travail portait sur une évaluation de la situation actuelle, la contribution de différents partenaires et les stratégies à adopter pour une meilleure prise en charge des patients.
L’hémophilie est un trouble sanguin qui provoque des saignements. Les personnes atteintes d’hémophilie ne saignent pas plus vite que la normale, mais elles saignent plus longtemps parce que leur sang ne contient pas assez de facteur de coagulation. Le facteur de coagulation est une protéine présente dans le sang qui a pour fonction de maîtriser les hémorragies.
Le type d’hémophilie le plus commun est l’hémophilie A. Le sang d’une personne qui en est atteinte ne contient pas assez de facteur de coagulation VIII (facteur huit).
L’hémophilie B est un type d’hémophilie moins commun. Dans ce cas, le sang de la personne affectée ne contient pas assez de facteur de coagulation IX (facteur neuf).