Liquid to solid est le titre de l’exposition que présente Thivynaidoo Naiken chez le fondeur et sculpteur Devanand Bungshee, à la galerie Ananta, à Pointe-aux-Piments, qui a d’ailleurs été légèrement réaménagée pour accueillir cette fois-ci les travaux de vingt-trois plasticiens de Maurice. Ces sculptures en bronze de ces artistes non-sculpteurs pour la plupart ont été conçues dans la continuité de leurs habituels travaux, mais en trois dimensions, avec la patine et les propriétés particulières du métal en fusion qui se consolide à froid.
Les vingt-trois exposants de Liquid to solid ne sont pas a priori sculpteurs, mais Thivynaidoo Naïken leur a proposé de concevoir et réaliser une oeuvre en cohérence avec leur travail habituel, qui devait ensuite être moulée et reproduite en bronze. Certains des participants sont des artistes émergents, d’autres sont connus et installés. La plupart des oeuvres proposées mesurent au maximum trente centimètres de haut.
Penser et créer en trois dimensions lorsqu’on a l’habitude d’étaler la peinture sur la toile, de dessiner, travailler au pastel ou à l’aquarelle, demande une nouvelle approche esthétique et conceptuelle de son expression. Tout ce travail s’est effectué en collaboration avec le commissaire et commanditaire de l’exposition, Thivynaidoo Naiken, lui-même peintre par ailleurs, et bien sûr avec celle de Devanand Bunghshee qui a accompli le travail du bronze dans sa fonderie, sous la supervision des artistes.
Le bronze, cet alliage de cuivre et d’étain, parfois additionné de zinc, de plomb ou d’autres métaux, qui fait partie des savoirs ancestraux de l’humanité (2000 ans avant JC), garde un caractère fascinant pour sa capacité à se prêter aux moulages les plus variés, pour sa relative solidité et les innombrables possibilités de patine que permet sa surface. Les effets de brillance métalliques, associés aux tons sombres et opaques, les verdoyances et nuances brunes en font une matière mystérieuse et fascinante.
Aussi la réalisation de ces vingt-trois oeuvres mérite-t-elle assurément un crochet du côté de Pointe-aux-Piments, à la fois pour prendre conscience des possibilités de cet artisanat d’art, et sur le plan esthétique pour découvrir comment les artistes ont décliné leur expression dans cette démarche, et avec une troisième dimension.
Outre les deux artistes dont nous montrons les oeuvres ci-contre, le commissaire et initiateur du projet, et l’artiste, hôte et fondeur, les auteurs de cette exposition ont aussi pour noms Lutchmee Appadu, Judex Barbe, Kishore Bodha, Rouvila Pergun Dawon, Pascal Gaspard, Malini Callimootoo-Jeewon, Jean-Yves L’Onflé, Oliver Maingard, Ivan Manne, Siddick Nuckcheddy, Flora Naiken, Pamela Sunee, Cédric Sookunah, Kanen Soondrum, Vick Shibdoyal, Malika Dhurn-Teeluck, Vaco Baissac, Michel Wiehe et Désiré Wong So. Inaugurée demain, cette exposition est ouverte au public et d’accès libre chaque jour, de 10 h à 17 h jusqu’au 12 juin.