Le Central Electricity Board a sorti son plan B pour contourner les risques d’un black-out à partir de 2017. Ainsi, un exercice d’Expression of Interest a été lancé pour un projet de consultancy pour une unité de Combined Cycle Gas Turbine aux Grandes-Salines dans l’enceinte portuaire d’une capacité de 135 à 150 MW. Les consultants intéressés à participer au processus de design, d’installation et de commisioning de cette centrale thermique, nécessitant des investissements d’au moins Rs 12 milliards, ont jusqu’au 7 octobre prochain pour soumettre des cotations. Entre-temps, le CEB continue à mettre l’accent sur le projet de réhabilitation de la centrale thermique de Saint-Louis avec l’installation de quatre moteurs de 15 MW chacun pour repousser toute Power outage à partir de 2017. C’est ce qui ressort d’un contre-affidavit du CEB pour contester une demande d’injonction déposée en Cour suprême par les habitants de Pailles.
Justifiant la décision d’aller de l’avant avec ce projet de Combined Cycle Gas Turbine (CCGT) aux Grandes-Salines, le CEB soutient que « according to the Integrated Electricity Plan 2013-2022 prepared by the CEB, the electricity demand in Mauritius is expected to increase from 459 MW in 2015 to reach 574 MW in 2022. In line with its objective to ensure security of supply, the CEB is contemplating to set up a 135-150 MW thermal power plant based on Combine Cycle Gas Turbine technology ».
Le site identifié pour accueillir cette nouvelle centrale thermique du CEB couvre une superficie de 17 arpents. Le document d’Expression of Interest note que « the site earmarked is ideally located for the construction of the power plant due to its close proximity to the port for bunkering as well as the CEB highvoltage Saint Louis substation for power evacuation ».
Le projet de Combined Cycle Gas Turbine envisagé par le CEB est en deux volets, avec une période initiale de trois à quatre ans en brûlant du light diesel oil (gasoline), dont le cours est plus élevé que la formule traditionnelle, pour passer subséquemment au liquefied natural gas, une fois disponible à Maurice. « The CEB intends to run the CCGT plant on light diesel oil (gasoline) in the initial phase of its operation for about 3-4 years, and later change over to Liquefied Natural Gas (LNG) once it becomes available in Mauritius », confirme le CEB avec la phase de design et d’étude s’échelonnant sur douze mois. Le démarrage des travaux sur le site des Grandes-Salines ne devrait se dérouler qu’à partir de 2017, si le calendrier établi est respecté scrupuleusement même si à ce stade une étude de préfaisabilité sur l’usage de Liquefied natural gas par la firme australienne WorleyParson émet des réserves quant à la viabilité de cette approche par le CEB.
De ce fait, le projet de remplacement des quatre moteurs désuets de la centrale thermique de Saint-Louis par quatre autres de 15 MW chacun revêt toute son importance pour traverser la période cruciale de 2017. Dans un contre-affidavit contestant une demande d’injonction logée par des habitants de Pailles, plus particulièrement ceux dans le voisinage de la centrale thermique, le CEB met l’accent sur l’importance de la mise à exécution de ce projet sans délais. Le CEB demande à la Cour suprême de ne pas entretenir la requête des habitants de Pailles car toutes les mesures de précautions ont été prises pour atténuer les nuisances potentielles.
« The installation of diesel engines is contemplated, as heavy fuel oil is one of the cheapest available fuels. The news design of engines and the powerhouse reduces pollution to the minimum. The engines will be mounted on damping springs to reduce vibration and the engine room will be designed to reduce the noise emissions to acceptable value in line with existing legislations », plaide le CEB.
Ce dernier situe également l’importance stratégique des nouvelles turbines en ajoutant que « the new engines at saint Louis will be necessary by year 2017 in order to meet the additional demand and also as a back up for the electricity generated from renewable energy sources ». Mention est également faite que « the CEB had to look after other generation capacity to curb the risks of blackout. In this context, Power Purchase Agreements have been signed with Médine (22 MW) and CEL (9 to 11 MW) for the supply of additional electricity from bagasse and coal ».
En conclusion, le CEB prend l’engagement formel que « the proposed new engines can be converted from HFO to operate on Liquefied Natural Gas in the future. CEB will consider swithching to cleaner LNG if it is available in the future ».