Le gouvernement a agréé à la construction d’un abattoir moderne répondant aux normes internationales (HACCP et Union européenne) sur une superficie de quatre arpents dans la région ouest du pays où il existe une forte concentration des activités d’élevage. Un consultant sera bientôt nommé pour ce projet.
Le ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire indique que l’unique abattoir à Maurice, qui est opérationnel depuis 1978 à Roche-Bois, effectue l’abattage du bétail, excepté de la volaille. Il a été conçu avec trois lignes de production séparées en vue de répondre à l’abattage des boeufs, cochons, moutons, chèvres et cerfs pour répondre aux exigences de la société mauricienne multireligieuse.
L’abattoir ne répond cependant pas aux conditions et normes d’accréditation du Hazard Analysis Critical Control Point (HACCP) ou de l’Union européenne (UE). L’abattage hebdomadaire y tourne autour de 160 têtes de bovin, 150 têtes de mouton et de chèvre et 184 têtes de porc. Le lieu a été construit pour trois raisons : la station de quarantaine pour les animaux importés, destinés à l’abattage, se trouvait à Roche-Bois ; la grosse partie de la production porcine locale et la demande en viande bovine et porcine était à Port-Louis et les points de vente pour la commercialisation de ces produits sont situés pour la plupart dans la capitale.
« La raison d’être de cet abattoir à Roche-Bois n’est plus ressentie car la station de quarantaine a été transférée à Richelieu ; les activités de l’élevage porcin ont été déplacées vers Saint-Martin et les débouchés pour la vente de viande fraîche plus largement distribués », fait-on ressortir au ministère. De plus, la station de transfert des déchets solides, située à proximité de l’abattoir, constitue une menace à l’environnement et est contraire aux normes hygiéniques et alimentaires. Le ministère indique que le nouvel abattoir sera bien équipé pour répondre aux besoins futurs en termes d’abattage d’animaux et aux normes internationales.
Rs 57 millions ayant été allouées récemment au projet de construction d’un abattoir à Rodrigues, la Mauritius Meat Authority a mis au point un projet de réhabilitation et de modernisation de l’abattoir de Roche-Bois au coût de Rs 92 millions, découlant d’une étude réalisée par une équipe de consultants d’Afrique du Sud.
Le nouvel abattoir moderne, qui sera aux normes HACCP et de l’UE, s’inscrit dans une perspective d’ouvrir de nouveaux marchés, dont La Réunion, et des opportunités pour l’exportation de viande de porc et de gibier en particulier. Il coûtera environ Rs 92 millions.