Dans une récente communication envoyée aux collèges d’État, le ministère de l’Éducation fait part d’une série de manquements qui lui aurait été rapportée sur l’administration de ses écoles. De cette liste de manquements mentionnés dans cette circulaire, voilà ce qui suscite la consternation et la colère des enseignants : « Teaching and learning is at bay. » Ainsi, d’après le ministère, l’enseignement et l’apprentissage seraient négligés et en danger. « Si, comme le prétend le ministère, l’enseignement ne se faisait pas correctement, comment donc expliquer la bonne performance des collèges d’État aux examens de SC et de HSC ? Cette remarque du ministère est une insulte aux enseignants », réagit sur un ton indigné Aly Yaroo, président de l’Education Officers Union (EOU).
Les recteurs ont terminé le premier trimestre scolaire sur un ton amer en prenant connaissance des manquements relevés par le ministère de l’Education et que les Zone Directorates leur ont communiqué le 31 mars. Voici les observations du ministère : 1) réunions irrégulières des chefs de départements; 2) les staff meetings sont rares ; 3) teaching & learning at bay ; 4) traitement de faveur à certains enseignants au détriment d’autres collègues en ce qu’il s’agit de l’attribution des classes (allocation of classes), de remplacements d’enseignants et des après-midi off; 5) division sans raison des élèves d’une même classe pour l’enseignement de certaines matières; 6) manque de communication entre le chef d’établissement et le personnel.
En se référant à ce constat très critique du ministère, on se serait tenté de conclure que la gestion dans des collèges d’Etat laisserait à désirer. Selon nos informations, des officiers en poste au quartier général du ministère et d’autres qui sont basés dans les Zone Directorates ne sont pas d’accords avec certaines de ces observations, qui sonnent aussi, d’après eux,  comme un blâme sur tous ceux ayant des responsabilités à divers niveaux pour s’assurer du bon fonctionnement des collèges. Néanmoins, les responsables des Zone Directorates ont demandé aux chefs d’établissement de prendre les mesures nécessaires pour créer un environnement qui soit propice à l’enseignement et à l’apprentissage.
Dans les écoles, les enseignants et les recteurs qualifient de « très grave » cette observation du ministère selon lequel « teaching and learning is at bay ».
« Cela jette le discrédit sur les enseignants et peut provoquer un manque de confiance parmi les parents. Sur quoi s’est basé le ministère pour dire que l’enseignement ne se ferait pas correctement et que l’apprentissage serait en danger ? Qui a évalué la performance des enseignants et quelles sont les données qui ont été prises en considération ? » questionne le président de Education Officers Union.  Les dirigeants de ce syndicat attendent avec impatience une réunion qu’ils ont demandée depuis plusieurs semaines au ministère de l’Education pour discuter d’autres problèmes relatifs à l’école. « Nous ne manquerons pas de donner la réplique au ministère sur cette question de la qualité de l’enseignement », dit Ally Yaroo.
Par ailleurs, des recteurs s’apprêtent à soumettre les renseignements suivants au ministère : le nombre et les dates de staffs meetings depuis le début de l’année; le nombre et les dates des réunions avec les chefs de départements; le nombre et les dates des réunions de chaque département; et un relevé détaillé des « allocations of classes » et le nombre des enfants dans chaque classe.