Plus de sept semaines après la déposition de l’ancien président de la République, sir Anerood Jugnauth, au Central CID contre la directrice de communication du Labour et parlementaire de la majorité, Nita Deerpalsing, celle-ci devrait être entendue par les enquêteurs demain. C’est du moins ce que confirment les préparatifs en cours au QG du Central CID à la mi-journée.
Mais la véritable question qui retient l’attention dans la conjoncture est de savoir si Nita Deerpalsing subira le même sort que le député du MSM, Showkutally Soodhun, dans l’affaire MedPoint, avec une inculpation provisoire après son interrogatoire ou si elle bénéficiera du traitement accordé à Pravind Jugnauth avec aucune charge pénale retenue après l’audition Under Warning dans l’affaire de « gouvernma pedofil ».
À ce stade, aucune indication n’a filtré quant à l’approche qu’adoptera le Central CID, sauf que l’équipe d’Interviewing Officers sera placée sous les ordres du surintendant Yashdev Callee alors que la supervision de l’enquête est assurée par l’assistant commissaire de police, Pregassen Vuddamalay. Du côté du Panel de conseils légaux assurant la défense de Nita Deerpalsing, l’objectif déclaré est d’éviter toute inculpation provisoire avec comparution en Cour de Port-Louis et versement de caution pour la liberté provisoire.
Lors de son passage dans les locaux du Central CID, Nita Deerpalsing sera confrontée aux objections formulées par sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger à l’effet qu’à aucun moment ils ont eu des rencontres avec le leader du Front Solidarité Mauricien (FSM), Cehl Meeah, au sujet d’un présumé complot sur le transfert d’une somme de Rs 25 millions pour le compte des trafiquants du réseau Gros Dereck.
Nita Deerpalsing avait soutenu lors d’un point de presse, le samedi 1er décembre, que Cehl Meeah avait rencontré les dirigeants du Remake 2000 en pas moins de 13 occasions pour ourdir ce complot. L’ancien président de la République avait fait le déplacement en personne aux Casernes centrales le matin du 3 décembre pour dénoncer la parlementaire rouge pour le délit de propagation de fausses nouvelles.
D’autre part, le Central CID a informé le directeur du groupe Le Mauricien, Jacques Rivet, que son audition à la couverture de la conférence de presse de Nita Deerpalsing dans l’édition de Week-End du 2 décembre ne sera plus Under Warning et qu’aucune charge ne sera retenue à la fin de cet exercice. En principe, cette nouvelle audition a été fixée pour aujourd’hui mais elle ne s’est pas encore réalisée à la mi-journée.
Lundi dernier, le directeur du Mauricien avait objecté formellement à ce qu’il soit entendu « Under Warning » sur ce texte publié dans Week-End faisant état des propos de la directrice de communication du Parti travailliste contre sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger. Devant les objections formulées et après consultations, la police a changé d’avis pour dire le moins…