Les plantes sont appréciées pour leur beauté et leurs vertus médicinales. Mais d’autres sont aussi très recherchées pour ce qu’elles symbolisent dans la croyance feng shui. Des plantes porte-bonheur qui, de par leur solidité, l’abondance de leurs feuilles ou leur ressemblance aux pièces de monnaie, se sont fait baptiser “money plants”… Quelles sont-elles ? Nous nous sommes rendus dans la Serre de Palma où nous avons appris que l’engouement pour ces arbustes vient non seulement des businessmen, mais aussi d’individus intéressés à embellir leur maison.
À Palma, dans la serre de Manand Baldawoo, nous sommes accueillis par une multitude de plantes qui rendent vivant le lieu. Mais, ce qui nous intéresse, ce sont toutes ces plantes censées apporter des ondes positives chez soi ainsi qu’on nous le dit. D’où vient cette croyance rattachée à ces plantes ? Manand Baldawoo, le propriétaire de la serre, en sait quelque chose pour en avoir commercialisé depuis une quinzaine d’années. Son épouse, autrefois affectée au département marketing d’une compagnie de textile, a rejoint l’entreprise de son mari. « Nous avons une grande demande pour ces plantes. Il y a une tendance de plus en plus marquée à vouloir embellir sa maison. Et les Mauriciens croient fort dans ces plantes porte-bonheur », nous dit Manand Baldawoo.
Il commence par nous montrer la Pachira Malcrocarpa, une plante qu’il a commencé à importer de Chine il y a peu et dont l’histoire est très particulière. Également connue comme une “money plant”, la Pachira est censée apporter la chance et la richesse à la maison. En fait, il s’agit de trois ou cinq pachiras dont les troncs ont été tressés ensemble. « Voyez leurs feuilles à cinq lobes. Elles sont comme les cinq doigts d’une main. Cela symbolise la force. De plus, leurs feuilles sont toujours abondantes ». La croyance veut ainsi que les feuilles apportent de l’argent alors que les troncs nattés agissent comme une cage où l’argent s’agrippe une fois rentré à la maison. Certains amoureux de la Pachira y attacheraient même des rubans rouges, dorés ou argentés alors que d’autres placeraient des sous entre les troncs.
Disponible entre Rs 1 800 et Rs 2 000, cette plante, indique M. Baldawoo, ne demande pas beaucoup d’entretien. « Elle pousse dans tous types d’environnement, à l’extérieur, sous la varangue comme à l’intérieur. C’est très facile de l’entretenir. Elle ne demande pas un arrosage fréquent ». En fait, ajoute notre interlocuteur, « toutes les plantes censées porter chance sont des plantes solides qui, même par temps peu clément, sont résistantes ».
La Pachira existe aussi en version miniature qui est vendue à Rs 350 la plante. « Certaines personnes nous demandent de mélanger trois à cinq Pachiras miniatures dans un même pot ». Selon M. Baldawoo, « certains amoureux de telles plantes sont aussi superstitieux. S’il arrive qu’une plante meure, ils sont vraiment contrariés ».