Malchanceux mais content de s’en être sorti sans grand dommage pour ses débuts au Champ de Mars lors de la journée de la Duchesse, Robert Khathi, 33 ans, n’a pas tardé à se signaler : un doublé Seven Carat-Jiggery Pokery qui met le Sud-Africain de l’entraînement Shirish Narang sur un nuage.
« C’est sûr que cela fait du bien. Très bien même quand tu réalises que tu as frôlé la catastrophe avec Mountain Master dans la Duchesse. Cela m’a rappelé les vilains souvenirs, quand il y a quelques années je m’étais sérieusement blessé au dos et j’étais out pour deux mois. Et aujourd’hui (samedi), je signe un joli doublé », remarque un Robert Khathi calme et très loquace.
Comment a-t-il vécu sa première victoire au Champ de Mars ? « C’était formidable. On savait qu’on avait de bonnes chances durant la journée. Les chevaux ont couru accordingly. All went in the right way. Jiggery Pokery needed two-three strides to take the lead. Il aime faire les choses à sa convenance. Once ahead, he ran relaxed. Il a gagné avec panache », avance le jockey sud-africain.
Ce succès intervenait en l’espace d’une semaine. Lors de la journée d’ouverture, c’est Swapneel Rama qui s’offrit une lucky pick up ride avec ce coursier de 4 ans. « Jiggery Pokery était bien entraîné. Sa victoire du 25 mars lui coûta cinq points. C’est trop à mon avis. Maintenant, avec de nouveaux points engendrés par son succès en C7, ce sera encore tough pour lui en compétition. »
Khathi ouvrit son compteur d’entrée avec Seven Carat. « Obviously, we were a bit scared about the new comer (Studiolo). But with his n°1 seat, I rode Seven Carat cleverly. Une fois qu’il a pris les commandes, nous avons bien géré, d’autant que le cheval is a big striding horse. He made it with guts. »
« No rush »
Outre ce doublé, le Sud-Africain s’offrit autant de deuxièmes places avec Split The Breeze et le nouveau Kimberley. « Split The Breeze eut une course difficile. He travelled hard and dropped the bit before the straight. Anyway the winner (Elite Class) was too good for us all. Kimberley s’aligna dans une course où tous les partants sont de nouvelles acquisitions. Il découvrit son nouvel environnement and was somewhere upset with the crowd. Il termina à environ deux longueurs du vainqueur, Without A Doubt, déclassé dans ce lot. Ce qui nous autorise à envisager une suite intéressante avec Kimberley ».
Le seul non-classé de Khathi samedi dernier était Roman Silvanus, cinquième sur sept partants, à 3,85 longueurs du surprenant vainqueur, l’outsider Phiri E Kwatile (Rs 2 300 chez les bookies à la fermeture des paris). « He’s a lazy horse », avance sèchement le jockey. « Mais je dirai qu’il a accompli des progrès avec son cinquième rang comparativement à ses courses à plus de 10 longueurs de retard à l’arrivée. » Et d’ajouter : « He will be definitely a better horse from 1600m and upwards. »
Avec deux gagnants déjà dans le compteur, Robert Khathi estime qu’il « maîtrise bien la piste » et est dans le bon rythme. « Nous avons quelques bons chevaux et un yard assez riche en coursiers. We don’t need to rush. A winner per meeting will be good for us ».
À une dernière question concernant son sobriquet — « Mort » —, il dit l’avoir hérité de son épouse, conclut ce natif du Cap. « Ma femme me taquinait et faisait ainsi allusion aux pingouins sur les plages de Cape Town », concède ce père de famille de trois enfants, et qui pour sa toute première aventure en dehors de son pays, se retrouve dans le fauteuil de leader au hit-parade des jockeys — sept montes, deux victoires et trois deuxièmes places totalisant 29% de réussites — au soir de cette deuxième journée hippique 2017.