Sir Satcam Boolell a été choisi pour être le vice-président de la Commission paritaire

Le temps retrouvé- 8 octobre 1978

Week-End a, cette semaine, rencontré sir Satcam Boolell, ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement, et Premier ministre suppléant, qui revient de Luxembourg où il a assisté en compagnie du vice-président du MMM, Kader Bhayat, aux travaux préparatoires pour le renouvellement de la Convention de Lomé.

Interrogé sur son éventuel retrait de la politique pour un emploi qui lui serait confié à la F.A.O., le ministre a été catégorique: “Je ne pars pas, je reste.” Il a ensuite ajouté: “Je ne quitte pas le pays. Encore moins actuellement quand le bateau se trouve au milieu d’une tempête. Je suis moi, d’une autre trempe. Je suis d’un autre calibre. J’ai 25 années de politique à mon actif. Je reste parce que je crois que je peux encore être utile, surtout en ce moment difficile. La crise couvre et j’offre ma collaboration aux multiples problèmes qui nous confrontent.” Sur le mouvement des contestataires, sir Satcam a déclaré que certaines de leurs actions doivent être comprises dans leur vrai contexte, sans toutefois épouser toutes leurs revendications. Et d’ajouter: “Il faut faire la part des choses. Une cause n’est jamais complètement mauvaise, ni bonne. Nous vivons des moments cruciaux, voir dramatiques, qui pourraient déboucher sur des situations explosives. Ne nous faisons aucune illusion. Il faut voir les choses en face et ne pas avoir peur de les découvrir. Il y a aucune contradiction dans mes prises de position et aucune confusion dans mon esprit. Il faut regarder autour de soi et être lucide. En d’autres mots, il faut avoir les pieds bien sur terre et comprendre ce qui se passe autour de soi. Sinon “

La coopération est nécessaire

Pour la première fois depuis plusieurs années, l’opposition parlementaire a participé activement à une conférence internationale, prenant même la parole devant les représentants de forces économiques et sociales européennes, et cela, avec la bénédiction du chef de la délégation.

C’était à la fin de septembre dernier au Luxembourg, lors des travaux pour le renouvellement de la Convention de Lomé. Kader Bhayat, premier vice-président du MMM, avait toute la collaboration de sir Satcam Boolell pour faire connaître son point de vue sur la question.

Interrogé, le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement, expliquait à Week-End les raisons de cette ouverture vers l’Opposition. “Le renouvellement de la Convention de Lomé est d’un telle importance pour le pays que j’ai demandé à Kader Bhayat, qui représentait l’opposition parlementaire, de prendre connaissance de tous les dossiers afin d’être au courant des moindres détails des problèmes, cela dans le but de l’amener, et à travers lui son parti, à être au courant de toutes implications des questions discutées. Car après tout, ce sont des représentants du peuple eux aussi, même s’ils se trouvent de l’autre côté de la Chambre. La coopération est nécessaire sur des questions d’importance vitale pour le pays.

La conférence de Luxembourg est importante sous plusieurs angles. Mais le plus important a été cette participation non seulement des représentants officiels des gouvernements concernés, mais également des officiels des forces économiques et sociales de ces mêmes pays.

Pour la première fois, des parlementaires, et pas uniquement des ministres, ont pu être mis au courant des problèmes des pays des ACP, non seulement de ceux qui les confrontent maintenant mais aussi ceux qui ont surgi pendant l’application de la Convention.

Comme nous avons besoin de leur appui et de leur compréhension, pour le renouvellement de la Convention, il était important qu’ils fussent mis en présence des faits. Nous avons également élargi le cadre et les bases de discussions afin d’avoir un consensus, en permettant aux représentants des gouvernements, du patronat, des syndicats et des Parlements de participer aux délibérations.

Les résolutions ainsi votées servent de base de travail aux délibérations actuelles à Bruxelles pour les travaux des ambassadeurs. Et en décembre, les ministres se rencontreront de nouveau pour faire le point. En mai 2019, ce sera la phase finale des négociations afin de donner l’occasion aux parlements des pays concernées de ratifier l’accord dans les douze mois qui suivront.”

Le vice-président du Mouvement Militant Mauricien, Khader Bhayat, rentré il y a quelques jours d’une conférence au Luxembourg sur les travaux préparatoires pour le renouvellement de la convention de Lomé, a eu l’occasion non seulement de participer aux discussions du comités ad-hoc des représentants des forces sociales et économiques, mais également d’étudier tous les dossiers en la possession du chef de la délégation, sir Satcam Boolell.

ll reconnaît le travail immense accompli par SSB au niveau des ACP et de la CEE. Bien qu’il ait acquis une vaste expérience dans les négociations à ce niveau, qu’il soit très respecté et qu’il ait eu des contacts au plus haut niveau, il n’empêche que structurellement parlant, il est aberrant de voir un ministre de l’Agriculture s’occuper de chose comme le sucre, le textile et les produits électroniques, sans compter l’aide économique. Cela devrait relever du ministère du Plan et du Développement économique 

Curepipe Shield 78: le Racing Club débute victorieusement

Le Racing Club de Maurice, champion sortant, a débuté victorieusement la saison 1978-79, en triomphant des Hindu Cadets sur le score de 2 buts à 1, hier, au stade George V, au cours du match comptant pour le Curepipe Shield Disputée dans une ambiance traditionnelle de match de coupe, la rencontre tint ses promesses et se déroula à un rythme soutenu, les 22 joueurs s’écroulant presque d’épuisement au coup sifflet final de l’arbitre Cyril Monty.

Sur les épaules de Mukesh Ramrekha et Ashok Chundunsingh, le capitaine du Racing Club, Dany Imbert brandit
triomphalement le trophée aux supporters du Club dans les gradins et le partage par la suite avec ses coéquipiers