L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a obtenu récemment un « attachment order » de la Cour suprême, sous la section 56 (3)(a) de la Prevention of Corruption Act, sur une partie des biens appartenant à l’usurier Presram Sookur (72 ans) et ses proches. Cet ordre se rapporte à 19 véhicules et sept portions de terrain, le tout est évalué à plusieurs millions de roupies. Les protagonistes doivent expliquer leur source de financement, que les enquêteurs soupçonnent de provenir des victimes qui auraient été bernées par le casseur.
Au cours de leur enquête, les hommes de Navin Beekarry ont déterminé que Presram Sookur est à lui seul propriétaire de 11 voitures, alors que ses filles Soonita Clayton, née Sookur et Kamini Muslum, ont enregistré cinq véhicules en leur nom.  Le septuagénaire aurait offert une voiture à son gendre Afzal Khan Muslum, et deux autres à un proche qui est décédé entre-temps. L’ordre judiciaire émis par un juge en chambre concerne également sept portions de terrain comme suit: deux portions de 340m2 et 150m2 à Rose-Hill et La Louise respectivement au nom de Presram Sookur, alors que sa fille Soonita Clayton et son genre Leopold Elvis Norbert Clayton sont propriétaires de cinq terrains dans les régions de Vacoas (350 et 453 m2), Haute Rive (250m2), Brisée Verdière (428m2) et Highlands (186m2). Le casseur et ses proches ne peuvent également disposer de l’argent sur leur compte en banque pour le moment. Une source proche du dossier avance que le casseur a amassé près de Rs 50 millions à travers ses activités illégales, et ce premier « attachment order » ne concerne qu’une partie de sa fortune. À mesure que l’enquête progresse, la Commission compte solliciter d’autres ordres similaires, surtout en ce qui concerne des bijoux qu’il a envoyés à des membres de sa famille en Australie.
Presram Sookur, habitant Vacoas, est un casseur très connu dans les Plaines Wilhems ayant fait plusieurs victimes en proposant des prêts à un fort taux d’intérêt, étalés sur plusieurs mensualités. Bon nombre de ses clients ne parvenaient pas à rembourser les intérêts qui atteignaient parfois les 100%. Grâce à cette activité, le septuagénaire s’est enrichi sans être inquiété par les autorités pendant plusieurs années. Or, quelques-uns de ses clients l’ont dénoncé à la commission anti-corruption dernièrement en soutenant qu’ils ont perdu leurs biens qu’ils avaient mis en gage auprès de Presram Sookur dont des bijoux, de l’or, des contrats de terrain et des horsepower des véhicules entre autres. Ce retraité affichait des signes de richesse extravagants avec une dizaine de véhicules dans sa cour. Après des semaines d’enquête, les hommes de Navin Beekarry ont appris que le suspect a transféré les objets mis en gages par ses clients, au nom de ses enfants, et ses proches. Au cours d’une perquisition chez lui le 7 novembre, l’ICAC avait mis la main sur des articles de valeur et plusieurs documents, qui font l’objet d’un examen par les enquêteurs. D’ailleurs, ces derniers ont dans leur viseur deux notaires qui ont aidé Presram Sookur à rédiger le transfert des titres de propriété de ses clients au nom de ses proches. Les limiers soupçonnent que les victimes n’étaient pas au courant de la démarche de transfert de leur propriété, n’ayant pas été informé ni par l’usurier ou les notaires. Selon nos renseignements, bon nombre de ces papiers saisis concernent ses clients. Presram Sookur a nié une partie des accusations portées contre lui lors de son interrogatoire. Il a été inculpé sous une charge provisoire de blanchiment d’argent tombant sous la section 3 (1) du Financial Intelligence and Anti Money Laundering Act (FIAMLA). Des proches de Presram Sookur devront également être interrogés par rapport à cette affaire.